Le prince Andrew aux abois : cette sentence d’Elizabeth II

Voilà qui ne va pas arranger les affaires du fils préféré de la reine Elizabeth II. Depuis le mois de juillet 2019 et l'arrestation - puis le suicide en prison au mois d'août - du milliardaire américain Jeffrey Epstein accusé d'actes pédophiles et de prostitution sur mineures, le prince Andrew (ami de longue date d'Epstein) est dans la tourmente, devenu le sujet des pires accusations dans les médias anglo-saxons après des témoignages accablants d'anciennes victimes supposées.

Des soupçons de pédophilie qui planent sur le duc d'York depuis des années mais qui se sont intensifiés ces derniers mois, le poussant - fait quasi-unique dans la royauté - à aller se justifier sur la plus grande chaîne nationale le samedi 16 novembre 2019, lors d'une interview ("catastrophique" et aux "réponses sans conviction", selon certains médias) durant laquelle il a clamé son innocence en laissant de nombreux observateurs sceptiques, avant de quitter officiellement et temporairement ses fonctions royales le 20 novembre 2020.

Fin de partie pour le prince Andrew

Ce dimanche 31 mai, soit près de six mois plus tard, dans les colonnes du Sunday Times, une nouvelle fracassante est tombée, émanant de la famille royale : elle a décidé que le duc d'York se retirerait de la vie publique de façon définitive. Alors que sa mère la reine Elizabeth II, son neveu William et la femme de ce dernier Kate Middleton, pour ne citer qu'eux, se donnent à cent pour cent pour soutenir le peuple britannique lors de cette crise

Retrouvez cet article sur GALA

Hermine de Clermont-Tonnerre dans le coma : qui est cette princesse rock'n'roll ?
VIDÉO - Cyril Hanouna annonce le nom du chroniqueur qui rejoint TPMP à la rentrée
Astrid Veillon : ce deuil surmonté grâce à Alain Delon “très paternel”
François Bayrou prudent : il souffre d’amnésie quand il parle à Emmanuel Macron
Comment bien choisir sa crème minceur ?