Primaire démocrate américaine: le candidat «latino» Julian Castro jette l’éponge

À un mois du premier vote de la primaire démocrate dans l’Iowa (Caucus), un nouveau candidat à l’investiture a décidé, ce jeudi 2 janvier, d’arrêter sa campagne. Julian Castro était le seul candidat latino dans la course et le dernier Texan en lice.

Avec notre correspondant à Houston,  Thomas Harms

Ancien secrétaire au Logement et à la ville de Barack Obama, Julian Castro a été l’un des premiers à annoncer sa candidature à l’investiture démocrate, il y a 1 an. Mais les derniers sondages ne lui donnaient que 1% d’intention de vote et il n’avait donc pas réussi à se qualifier pour les débats télévisés de novembre et décembre dernier.

L’ancien maire de San Antonio a annoncé son retrait dans une vidéo diffusée sur Twitter :

« C’est le cœur lourd, mais avec une profonde gratitude que je suspends ma campagne aujourd’hui. Je suis tellement reconnaissant envers tous ceux qui nous ont soutenus. Je n'ai pas fini de me battre. Je continuerai à travailler pour une nation où tout le monde compte. » Et il finit en espagnol : « un jour nous gagnerons. »

Julian Castro mettait en avant la protection des minorités. Il plaidait notamment pour ne plus criminaliser les passages frontaliers illégaux. Il était également en faveur d’une réforme de la police, de plus d’investissement dans l’éducation et de la lutte contre le réchauffement climatique.

On se souviendra aussi de son échange avec Joe Biden lors du débat du mois de septembre. Castro lui demandait s’il avait oublié ce qu’il avait dit 2 minutes plus tôt. Une question qui a été interprétée comme une attaque sur son âge et a valu à Julian Castro de perdre plusieurs soutiens.

Après le retrait de Beto O’Rourke de la course, Julian Castro était le dernier représentant du Texas dans la primaire démocrate.

Quatorze démocrates sont toujours en course pour l’investiture, mais cinq seulement sont pour l’instant qualifiés pour le prochain débat télévisé, le 14 janvier : Joe Biden, Bernie Sanders, Elizabeth Warren, Pete Buttigieg et Amy Klobuchar.

À lire aussi : Une année 2020 politiquement chargée et à suspense débute aux États-Unis