Primaire à droite : le rôle clef de Nicolas Sarkozy

·1 min de lecture

La droite est toujours à la recherche de son candidat pour la présidentielle. Et elle se divise toujours sur le moyen de le désigner. L'organisation d'une primaire est loin de faire consensus et Jean Leonetti, en charge de réfléchir à un système de départage, a beau avoir confirmé ce mercredi qu'il y en aurait bien une, certains se montrent encore et toujours très frileux. À commencer par Nicolas Sarkozy, l'ancien président qui conserve un rôle clef au sein des Républicains.

 

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

Celui-ci devait d'ailleurs rencontrer Jean Leonetti ce mercredi. Mais, selon nos informations, la rencontre a été annulée, l'ancien chef de l'État ne voulant surtout pas être instrumentalisé. Si Nicolas Sarkozy n'a jamais réellement été favorable à l'organisation d'une primaire, c'est notamment parce que ce processus ne lui a pas forcément laissé un bon souvenir : il avait fini troisième en 2016, derrière Alain Juppé et François Fillon. Surtout, Nicolas Sarkozy estime que l’élection présidentielle est avant tout la rencontre entre un homme et le peuple.

Sarkozy favorable à une règle de départage en l'absence de consensus

Mais face à l'absence de leader naturel à droite, et sans évoquer le mot primaire, son entourage nous indique que l'ex-chef de l'État est bien favorable à une règle de départage entre tous les candidats. Il s'intéresse de près à celui ou celle qui représentera les Républicains pour cette campagne, multipliant les rencontres, même...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles