Prigojine, Perepilitchni, Litvinenko… ces ennemis de Poutine morts dans des circonstances mystérieuses

Le chef de la milice Wagner, Evguéni Prigojine, est mort hier dans le crash d'un avion d'affaires reliant Moscou à Saint-Pétersbourg et transportant neuf autres personnes, dont supposément le numéro deux du groupe paramilitaire, Dmitri Outkine. Cet incident intervient deux mois après la mutinerie avortée de Wagner contre le pouvoir russe les 23 et 24 juin et le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou.

Prigojine lui reprochait entre autres sa gestion de la guerre en Ukraine. Finalement, la tentative de putsch avait pris fin et un accord d’amnistie avait été conclu entre Prigojine et le Président Vladimir Poutine, exilant le chef de Wagner ainsi que ses troupes en Biélorussie. Mais depuis, Prigojine a multiplié les allers-retours en Russie, semblant faire fi de son nouveau statut de paria. Si les circonstances de l’accident qui aurait causé sa perte restent à déterminer, le patron de Wagner n’est pas le premier ennemi de Poutine à trouver la mort dans des circonstances bien mystérieuses.

Ancien agent du KGB qui avait ouvertement critiqué Vladimir Poutine, Alexander Litvinenko est retrouvé mort à 43 ans en 2006, six ans après avoir fui la Russie. La cause de son décès ? L’absorption d'un thé vert empoisonné au polonium-210, un isotope radioactif, dans un hôtel de Londres, selon les autorités britanniques. Une enquête menée en Grande-Bretagne arrive en 2016 à la conclusion que le Kremlin - dont le Président russe Vladimir Poutine en personne - a probablement approuvé le meurtre de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite