Le baume de la discorde entre Meghan Markle et Kate Middleton : prêter son baume à lèvres serait-il risqué pour la santé ?

A young woman with braided long blond hair is outdoors in a park during the winter. There is snow and trees in the background. She is wearing winter clothes, an orange hat and scarf, and is using a lip balm. She is looking away from the camera. With copy space. (stock-eye via Getty Images)

Si prêter son baume à lèvres peut paraître normal et anodin, ce geste ne serait pas sans risques pour la santé. Explications.

Il y a celles qui prêtent leur baume à lèvres sans aucun problème, celles qui refusent catégoriquement et puis celles qui le font à contrecœur. C’est notamment le cas de Kate Middleton qui n’aurait pas digéré d’avoir "dépanné" un peu de gloss à sa belle-sœur Meghan Markle, un stick qui serait au cœur d’une grosse discorde, selon les dires du prince Harry.

Un "moment gênant" relaté par le prince Harry dans "Suppléant", son autobiographie. L'épisode a lieu en coulisses du Royal Foundation Forum en 2018 auquel les deux couples sont conviés. Meghan Markle; qui a oublié son rouge à lèvres, demande à sa belle-soeur Kate Middleton de lui prêter le sien.

"Kate, surprise, a plongé la main dans son sac et en a sorti à contrecœur un petit tube. Meg en a pressé un peu sur son doigt et l'a appliqué sur ses lèvres. Kate a grimacé", se souvient le prince Harry.

Mais bien que cette pratique soit courante, elle ne serait pas sans danger pour la santé. Comme l’explique le Dr Gérald Kierzek, directeur médical de Doctissimo, les adeptes s’exposeraient à de nombreux risques. Tout d’abord, celui de transmettre des virus, notamment en cette période de grand froid où grippe et Covid sévissent dans plusieurs régions françaises. Concrètement, ils pourraient rester sur certaines surfaces pendant de longues périodes.

"Théoriquement, tout ce qui se transmet par la salive, comme les virus, peut se retrouver dans le baume. Même si la grippe et Covid se transmettent avant tout par voie respiratoire, on ne peut pas l’exclure", a-t-il expliqué tout en précisant que "la mononucléose infectieuse et l’hépatite B" pouvaient également se transmettre par la salive. En revanche, pour celles et ceux qui se posent la question, le VIH n’est évidemment pas concerné.

Attention à l’herpès, aux staphylocoques

Les personnes qui prêtent leur baume à lèvres pourraient également transmettre de l’herpès ou des staphylocoques si elles en sont atteintes. C’est pourquoi, “dès qu’il y a les premiers signes, picotements, démangeaisons, on ne prête plus son baume à lèvres. D’ailleurs, on ne l’utilise pas du tout, car le virus va se loger dans le stick", a-t-il ajouté.

À noter par ailleurs qu’il est fortement conseillé de changer son stick à lèvres très régulièrement car sa texture collante aurait tendance à emprisonner virus et bactéries. "Les sticks ne se conservent pas et deviennent rapidement des nids à microbes. Donc même sans le prêter, on le change régulièrement, on ne le garde pas d’une saison sur l’autre, en le laissant fondre et se solidifier plusieurs fois. Ce sont des bouillons de cultures potentiels", a-t-il conclu.

VIDÉO - Un baume à lèvres au miel à faire soi-même !