Prestige. Dijon capitale du vin avec le soutien de Macron ? Bordeaux voit rouge

·1 min de lecture

Le président français et le gouvernement ont accordé leur préférence à la capitale bourguignonne plutôt qu’à Reims ou à Bordeaux pour accueillir le siège de l’Organisation internationale de la vigne et du vin.

L’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) regroupe 48 États membres. Qualifiée d’“ONU du vin”, l’OIV est notamment chargée d’harmoniser les pratiques de production à travers le monde. Lundi 12 juillet, le secrétaire d’État français chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a indiqué sur Twitter avoir proposé la ville de Dijon pour accueillir en 2024 le siège de l’organisation, actuellement installée dans le très chic VIIIe arrondissement de Paris.

La candidature de Dijon doit encore être approuvée à l’unanimité des États membres de l’OIV en octobre 2021. “Rome serait également dans la course, mais… allons !” s’amuse le magazine gastronomique américain Food and Wine. Si la capitale bourguignonne a reçu les faveurs du gouvernement français, Reims et Bordeaux étaient aussi sur les rangs pour devenir le “centre de l’industrie mondiale du vin”, notait The Times le 9 juillet.

À lire aussi: Alcool. En France, patrie du vin, le tabou des abstinents

Le journal britannique raconte les manœuvres des maires de Bordeaux, l’écologiste Pierre Hurmic, et de Dijon, le socialiste François Rebsamen, pour convaincre le président de la République, un “connaisseur” qui avait “évité de se faire des ennemis pendant la campagne présidentielle de 2017 en déclarant qu’il préférait la Bourgogne pour les blancs et le bordeaux pour les rouges”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles