«Une pression psychologique très forte», la détresse de la famille de Cécile Kohler, détenue en Iran

Quatre ressortissants français sont toujours emprisonnés en Iran. La France les qualifie « d'otages d'État » et exige leur libération. Parmi ces quatre détenus, Cécile Kohler et son compagnon Jacques Paris, qui viennent d'entamer leur troisième année derrière les barreaux, sans avoir été jugés. Leurs familles vivent dans l'angoisse, sans information. Noémie Kohler, la sœur de Cécile, a témoigné pour RFI.

« On sait qu’elle est dans cette cellule de 9 m² avec d’autres femmes. Actuellement, elle a deux codétenues. Elle peut sortir trois fois par semaine seulement, pendant trente minutes, dans la cour de la section, mais ses sorties peuvent être annulées. On sait qu’elle dort sur des couvertures à même le sol ». En résumé, Noémie Kohler et sa famille ne savent pas grand-chose. Depuis mai 2022, elles guettent des nouvelles de Cécile Kohler, 39 ans, enfermée en Iran. Elle avait été arrêtée lors d'un voyage en Iran avec son compagnon Jacques Paris, un ancien professeur de mathématiques de 69 ans. Raison officielle ? « Espionnage ». En septembre, la justice iranienne a fait savoir que l'enquête les visant était terminée, ouvrant la voie à un éventuel procès.

À lire aussiIran: prison et coups de fouet pour le réalisateur Mohammad Rasoulof, sélectionné au Festival de Cannes


Lire la suite sur RFI