"Pression de l'évaluation", "complexité", "surcoût"... L'inspection générale de l'Education pointe les dysfonctionnements de la réforme du bac

franceinfo avec AFP

"Pression de l'évaluation", "vraies variantes selon les établissements"... Une note de l'Inspection générale de l'Éducation nationale envoyée aux syndicats, jeudi 28 février, pointe du doigt la mise en place de la réforme du baccalauréat. Le document critique tout particulièrement les épreuves communes de contrôle continu (E3C) contre lesquelles professeurs et lycéens manifestent depuis plusieurs semaines.

Face au nouveau bac, l'Inspection générale de l'Education nationale se félicite de "la disparition des filières" et "la mise en oeuvre des choix de spécialités" mais "cette impression générale s'accommode de vraies variantes entre académies et entre établissements".

"Cette note confirme ce qu'on pointait depuis un an et demi"

Cette institution, qui dépend du ministère, rend régulièrement des rapports consultatifs et se montre rarement critique. Selon elle, parents et élèves apprécient "le principe du contrôle continu qui prend en compte le travail régulier". Elle souligne cependant que ses épreuves sont vécues comme "un élément de complexité excessive", qui mettent les élèves "constamment sous la pression de l'évaluation".

Les proviseurs ont, quant à eux, l'impression "d'organiser en continu des examens", selon le rapport de l'Inspection. Le nouveau bac, dont ils dénoncent "la complexité", génère "pour l'institution un surcoût (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi