La presse sénégalaise appelle à «la libération immédiate» du journaliste Pape Alé Niang

© Magatte GAYE / AFPTV

Au Sénégal, la Coordination des associations de presse (CAP) a exigé lundi 7 novembre « la libération immédiate et sans conditions » du journaliste Pape Alé Niang. Le directeur du site d’informations privé Dakar Matin, critique envers le pouvoir, a été placé en garde à vue dimanche soir.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Dans ses posts et vidéos sur les réseaux sociaux, Pape Alé Niang avait notamment évoqué le dispositif sécuritaire en vue de l’audition de l’opposant Ousmane Sonko devant la justice jeudi 3 novembre. Bamba Kassé, secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics)

« Des retours que nous avons, il semblerait qu'on lui reproche d'avoir diffusé des informations relative à la mobilisation des policiers, d'avoir fait la même chose pour ce qui semblerait être un document qui concernerait les sapeurs-pompiers, il est à la sûreté urbaine de Dakar où il a été auditionné. »

Craintes pour la liberté de la presse

« Les menaces contre journalistes sont de plus en plus réelles », depuis les émeutes de mars 2021, affirme le responsable, qui souligne le recul du Sénégal de la 49e à la 73e place du dernier classement de Reporters sans frontières sur la liberté de la presse.


Lire la suite sur RFI