La presse iranienne qualifie Macron de “clown de l’Élysée” après ses déclarations sur la “révolution” en Iran

Farhikhtegan

Un président “à l’esprit grossier”, a déploré le journal Iran, organe du gouvernement. “Emmanuel Macron a qualifié les émeutes en Iran de ‘révolution’ et emprunté ainsi la trajectoire, vouée à l’échec, suivie par le passé par des dirigeants (occidentaux) radicaux et belliqueux comme Donald Trump”, a ajouté le quotidien.

Après avoir rencontré quatre militantes iraniennes le vendredi 11 novembre à l’Élysée, le chef de l’État français s’est montré plus ferme à l’égard de Téhéran, affirmant, lors d’un entretien accordé à France Inter, être favorable à des sanctions ciblées contre des personnalités clés du régime, et affichant son “admiration” et son “soutien” envers les manifestants.

“Ce qui est le plus impressionnant dans ce mouvement et cette révolution, c’est que ces jeunes femmes et ces jeunes hommes n’ont jamais vécu que sous ce régime de la République islamique d’Iran”, a notamment déclaré le locataire de l’Élysée.

Cité par Hamshahri, le journal de la mairie de Téhéran, le porte-parole de la diplomatie iranienne, Nasser Kanani, a dénoncé des déclarations “regrettables et honteuses” et brocardé le soutien d’Emmanuel Macron à “la prétendue révolution” en Iran. Il a, en outre, accusé la France de promouvoir “la violence et le terrorisme” en Iran.

“Une riposte forte”

Le journal Farhikhtegan a qualifié le président français de “clown de l’Élysée”, déplorant ses “positions radicales” contre la République islamique. Macron a été “influencé par la propagande des médias occidentaux” et ses déclarations “exigent une riposte forte”, a ajouté le journal.

De son côté, le quotidien ultraconservateur Javan, proche des Gardiens de la révolution, a jugé “insuffisante” la réaction diplomatique contre les “propos insolents” des “dirigeants de certains pays européens, dont la France”.

Le quotidien a notamment proposé une “augmentation de la portée des missiles” iraniens en guise de riposte contre tout “gouvernement européen qui viole effrontément les lignes rouges de la sécurité nationale” de l’Iran.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :