Presse en Belgique : le modèle 100 % gratuit vit ses dernières heures

Le modèle payant testé avec succès à l'étrangerSouvent gratuits en intégralité dans le passé, certains sites de presse du monde entier ont tenté ces derniers temps des formules payantes. Quelques articles étaient ainsi visibles par tous, sans aucune rémunération demandée en contrepartie, afin d'attirer une forte audience. D'autres articles, plus anciens et/ou plus fouillés, sont au contraire accessibles uniquement pour les abonnés ou via un achat à l'unité. De Médiapart au Washington Post, en passant par Le Monde et Libération, les exemples ne manquent pas, et la formule semble fonctionner pour les médias disposant d'un minimum de visibilité. En Belgique, les formules payantes sont encore assez rares, même si certains ont déjà mis en place des systèmes de ce type. Néanmoins, dès l'année prochaine, la plupart des sites belges devraient abandonner le 100 % gratuit. François le Hodey, qui représente Copiepresse, la société gérant les droits d'auteur de la presse belge francophone et néerlandophone, a été relativement clair hier au micro du quotidien La Libre Belgique : « Nous aurions pu, l'un et l'autre, jouer la montre et tabler sur un dénouement futur avec, à la clé, des indemnisations plus importantes, mais la rapidité d'évolution de la vague numérique nous a convaincus de la nécessité d'aller de l'avant. On a observé cette évolution en 2012, ce qui nous a convaincus que le temps était venu de conclure dans la perspective de voir, en 2013, une partie du contenu des sites des journaux passer en mode payant. Il valait mieux finaliser ce conflit par un bon accord. »Dès 2013, « une partie de la production en ligne sera payante »Jeudi, Le Monde mentionnait déjà que le référencement des articles payants de la presse belge faisait que partie de la série d'accords signés avec Google. Or La Libre Belgique, encore elle, rapporte que le journal flamand De Morgen vient d'annoncer la création d'une plateforme commune (...) Lire la suite sur PCInpact.com

Presse en Belgique : le modèle 100 % gratuit vit ses dernières heures

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.