Présidentielle : que disaient les sondages à 2 jours du second tour lors des précédents scrutins ?

·4 min de lecture
À deux jours du deuxième tour de l'élection présidentielle, les sondages ne se sont jamais trompés. (REUTERS)

À l'avant-veille du second tour de l'élection présidentielle 2022, Emmanuel Macron est le favori des sondages. Alors que la publication des sondages est interdite la veille et le jour du vote, que disaient-ils 2 jours avant le résultat final lors des précédents scrutins ?

C'est la toute dernière période pour publier un sondage concernant le vainqueur de l'élection présidentielle 2022, la publication de sondages la veille et le jour même du scrutin étant interdite. Ce vendredi 22 avril, comme depuis de très nombreux mois, Emmanuel Macron est toujours le favori des sondages pour être à nouveau élu président de la République.

Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria, le président sortant récolterait 57,5 % des intentions de vote, contre 42,5% pour Marine Le Pen (23%). Un sondage Odoxa-Mascaret pour L'Obs donne pour sa part le président sortant à 53% d'intentions de vote. Mais les chiffres à deux jours du scrutin indiquent-ils historiquement une tendance fiable ? Éléments de réponse.

Macron déjà donné largement vainqueur en 2017

En 2017, alors que le duel des finalistes était le même qu'actuellement, Emmanuel Macron était placé en tête des intentions de vote à deux jours du résultat final par un sondage Ipsos à 63%, contre 37% pour Marine Le Pen. Au final, le président actuel, qui briguait à l'époque un premier mandat, avait récolté 66,1% des suffrages contre 33,9% pour la candidate du Rassemblement national, un résultat très proche des prédictions deux jours auparavant.

En 2012, François Hollande était le favori dans les sondages pour l'emporter face à Nicolas Sarkozy l'avant-veille du deuxième tour de l'élection présidentielle. À 48 heures de ce vote décisif, un sondage Ifop plaçait le candidat du PS en tête avec 52% des intentions de vote contre 48% pour le candidat de l'UMP. C'est bien François Hollande qui remporta l'élection présidentielle quelques jours plus tard, avec une nouvelle fois un score très proche des estimations : 51,6% contre 48,4%.

Des sondages toujours très justes

Selon un sondage de l'Ifop datant de l'avant-veille du vote de l'élection présidentielle 2007, Nicolas Sarkozy allait l'emporter au second tour face à Ségolène Royal avec 53% des suffrages contre 47%. Des prévisions très proches de la réalité puisque Nicolas Sarkozy l'avait finalement emporté avec 53,1% contre 46,9% pour sa rivale socialiste.

En 2002, si les sondages s'étaient trompés lors du 1er tour en n'imaginant pas à un seul moment Jean-Marie Le Pen accéder au second tour, ils ont par la suite vu juste pour le second tour. À deux jours du second tour, Jacques Chirac était placé largement en tête des intentions de vote par l'institut CSA avec 80% des suffrages contre 20% pour le candidat d'extrême droite. Le candidat du RPR l'emportera finalement avec 82,2% contre 17,8% pour le père de Marine Le Pen.

En 1995, Jacques Chirac et Lionel Jospin se retrouvaient au second tour de l'élection présidentielle, et c'est le premier nommé qui était le favori des sondages à une semaine du vote après 14 ans de présidence de François Mitterrand. Il était ainsi crédité de 53% des intentions de vote contre 47% par l'institut Sofres et l'a finalement emporté avec 52,6% des suffrages contre le 47,4%.

À LIRE AUSSI >> Présidentielle : le vainqueur du 1er tour gagne-t-il systématiquement au second ?

Lors de l'élection présidentielle 1988, qui opposait le président sortant François Mitterrand au Premier ministre Jacques Chirac, le candidat socialiste avait la faveur des sondages de l'institut Sofres deux jours avant le deuxième tour avec 54% des intentions de vote contre 46%. Des estimations justes puisque François Mitterrand sera élu avec 54% des suffrages.

En 1981, lors de l'élection présidentielle qui opposait Valéry Giscard d'Estaing à François Mitterrand, ce dernier était favori dans les intentions de vote à l'avant-veille de l'élection avec 52% contre 48%, selon TNS Sofres. Deux jours plus tard, c'est bien le candidat socialiste qui l'a emporté avec 51,8% des voix contre 48,2%.

VIDÉO - Présidentielle 2022 : Marine Le Pen peut-elle gagner ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles