"Prenez-garde, M. le Président" : Emmanuel Macron épinglé pour sa gestion de la crise

Sur France Inter, Augustin Trapenard lit des lettres d'écrivains chaque matin. Ce 30 mars c'est Annie Ernaux qui en profite pour s'adresser au président de la république. Dans un texte poignant, elle n'hésite pas à l'épingler.

"Prenez garde, Monsieur le Président, aux effets de ce temps de confinement, de bouleversement du cours des choses", écrit Annie Ernaux au président de la république. Cela ne ressemble pas tant à un avertissement qu'à un véritable cri du cœur. Chaque matin sur France Inter, Augustin Trapenard lit à l'antenne une lettre que lui confie un auteur. Ce 30 mars, c'est la femme de lettre Annie Ernaux, connue pour son oeuvre autobiographique, qui en profite pour s'adresser au chef de l'État.

"C’est un temps propice aux remises en cause. Un temps pour désirer un nouveau monde. Pas le vôtre !", assène-t-elle pour épingler Emmanuel Macron sur sa gestion de la crise sanitaire que connait le pays. "Nous sommes en guerre", avait-il déclaré pour parler du combat contre la pandémie de coronavirus. Ce n'est pas une guerre, lui rétorque l'autrice, n'hésitant toutefois pas à retourner son champ lexical du combat contre lui. "Les armes, puisque vous tenez à ce lexique guerrier, ce sont les lits d’hôpital, les respirateurs, les masques et les tests, c’est le nombre de médecins, de scientifiques, de soignants. Or, depuis que vous dirigez la France, vous êtes resté sourd aux cris d’alarme du monde de la santé". De quoi rappeler la colère du personnel de santé.

Annie Ernaux profite de la tribune qui lui est offerte pour rendre hommage à ceux qui ne peuvent pas rester chez eux confinés, au-delà du monde de la santé, ces "services publics qui, en ce moment, assurent majoritairement le fonctionnement du (...)

Retrouvez cet article sur GALA

Ce contenu peut également vous intéresser :