Les premiers trains à hydrogène en France bientôt sur les rails

·1 min de lecture

Lancé en Allemagne, le train à hydrogène devient un projet concret en France. La SNCF a commandé à Alstom, pour le compte de quatre régions, 12 trains à hydrogène. La révolution dans la mobilité ferroviaire est en marche.

Selon le constructeur Alstom, cette commande de 12 trains à hydrogène est une première et une « étape historique de la mobilité durable ». Après les trains électriques Corail et TGV, voici maintenant le Régiolis pour la SNCF et Coradia Polyvalent pour Alstom.

Ce nouveau train bi-mode, sans émission polluante, marche à l’hydrogène et à l’électricité. Avec une autonomie de 600 kilomètres, il produit de l’électricité en roulant grâce à une pile à combustible alimentée par un réservoir d’hydrogène. Et lorsqu’il roule sur une voie électrifiée, il peut débrayer et passer sous caténaire.

À écouter : Plan hydrogène: « Un procédé simple et complètement vertueux »

Premiers essais fin 2023

Commandés pour les régions Auvergne-Rhône- Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est et Occitanie, pour un montant de 190 millions d’euros, ces trains de 72 mètres de long composés de 4 voitures avec 218 places assises seront mis en service en 2025. Les premiers essais sont attendus fin 2023.

Cette nouvelle commande confirme la suprématie d’Alstom dans le train à hydrogène. Pionnier dans cette technologie élaborée dans son usine de Tarbes, ses premiers prototypes circulent depuis 2018 en Allemagne. Aujourd’hui, Alstom est passé au stade industriel avec actuellement 41 commandes de son train à hydrogène.

À lire aussi : France: un plan à 7 milliards d’euros pour une production d’hydrogène nationale