Les premiers taxis autonomes commercialisés en Chine

·1 min de lecture
Une voiture autonome Apollo Go dans les rues chinoises, le vendredi 26 novembre 2021.
Une voiture autonome Apollo Go dans les rues chinoises, le vendredi 26 novembre 2021.

Au volant de cette voiture en marche, il n?y a personne. Sans aucune aide humaine, elle change les vitesses, s?arrête aux feux rouges et récupère de nouveaux passagers. Ces automobiles sans conducteur sont les premiers taxis autonomes. Pékin vient d?autoriser leur usage commercial, dimanche 28 novembre. Ces SUV, équipés de capteurs sur le toit, ne peuvent transporter que deux passagers à la fois, avec l?obligation qu?un humain soit toujours assis à l?avant? prêt à s?emparer du volant en cas d?imprévu. Cette flotte de 67 taxis blancs n'est pour l?instant en service qu?à Yizhuang, dans la banlieue sud de la capitale chinoise, à une dizaine de kilomètres du centre-ville.

Et il faudra sans doute encore des années avant que des voitures puissent circuler sans aucune intervention humaine, l?autonomie complète se heurtant à des obstacles techniques et juridiques considérables. Mais le feu vert accordé jeudi au géant chinois de l?Internet Baidu et à la start-up Pony.ai, qui compte comme actionnaire le constructeur Toyota, est déjà en soi une avancée significative.

À LIRE AUSSIMobilité urbaine - Repenser son lien à l?automobile

La réservation se fait via un smartphone

À l?aide d?une application, les passagers indiquent le trajet qu?ils désirent effectuer. Ils sont ensuite récupérés par un véhicule truffé d?électronique et surmonté d?un radar tournoyant. Dans l?environnement parfois anarchique des rues de la capitale, le véhicule accélère, freine et prend les virages av [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles