Premiers secours : ces applications qui peuvent sauver des vies

Jeudi 8 janvier, Théo Cusson, un jeune homme de 22 ans a reçu une alerte. Dans le quartier où il se trouve, un bébé fait un arrêt cardiaque : les secours lui transmettent une adresse. Théo Cusson n'est ni médecin ni pompier, mais il est formé aux premiers secours et il sait faire un massage cardiaque. "Chaque minute qui passe, c'est 10% de chance de survie en moins" Sur son téléphone, il a téléchargé l'application gratuite Sauv Life, plateforme sur laquelle il est inscrit sur une liste de citoyens-volontaires. En cas d'urgence, le Samu ou les pompiers peuvent l'alerter par un message et le guider jusqu'à la victime pour pratiquer les premiers gestes. L'enfant qu'il a secouru en le massant sur le capot d'une voiture a été pris en charge par les secours. Jeudi 9 janvier, l'enfant est toujours hospitalisé. "Chaque minute qui passe, c'est 10% de chance de survie en moins, donc il n'y a pas une minute à perdre", rappelle le docteur Pascal Cassan.