Les premiers Hommes sont arrivés en Amérique avec leurs chiens

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·1 min de lecture

Le chien est le meilleur ami de l'être humain depuis des milliers d'années et les scientifiques tentent de retracer les grandes étapes de leur histoire commune. Une nouvelle étude génétique et archéologique menée dans plusieurs universités européennes et américaines montre que, lorsque les premiers humains ont posé le pied en Amérique, ils étaient accompagnés de leurs chiens. Elle a été publiée dans PNAS le 25 janvier 2021.

Entre chien et loup : histoire du chien

Les huskys sont originaires de Sibérie et appartiennent au groupe des chiens dits primitifs. Ce sont des races anciennes, très peu sélectionnées génétiquement par l'Homme, qui gardent une apparence et un caractère proches des premiers loups domestiqués. © Pexels, Pixabay
Les huskys sont originaires de Sibérie et appartiennent au groupe des chiens dits primitifs. Ce sont des races anciennes, très peu sélectionnées génétiquement par l'Homme, qui gardent une apparence et un caractère proches des premiers loups domestiqués. © Pexels, Pixabay

Les premiers chiens domestiqués en Sibérie

Les scientifiques ont réalisé des analyses génétiques sur des restes humains et canins dans plusieurs régions : la Sibérie, la Béringie, la bande de terre ferme entre la Sibérie et l'Alaska qui a servi de porte d'entrée en Amérique pour les humains — aujourd'hui, le détroit de Béring —, et l'Amérique du Nord. Il apparaît que les premiers loups, ancêtres des chiens, ont été domestiqués en Sibérie, il y a environ 23.000 ans durant le dernier maximum glaciaire. Une autre étude, parue en 2020, a placé le début de la domestication du loup un peu plus en arrière dans le temps, il y a au minimum 28.500 ans.

« Les preuves combinées provenant des restes d'humains et de chiens nous aident à affiner notre compréhension de la longue histoire des chiens, et elles pointent désormais la Sibérie et le nord-est de l'Asie comme la région où sa domestication a commencé », explique Greger Larson, un paléogénéticien de l'université d'Oxford.

Une présence opportuniste et des intérêts communs

À cette période, où les conditions climatiques étaient très rudes, les loups gris (Canis lupus) et les Hommes convoitaient les mêmes proies. Ils se seraient alors progressivement rapprochés, profitant des butins de chasse des uns et...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura