Les premiers déplacés climatiques du Panama: des îliens relogés sur le continent

Vue aérienne du quartier Nuevo Carti, dans la région de Guna Yala, sur la côte caraïbe du Panama, le 29 mai 2024 (MARTIN BERNETTI)
Vue aérienne du quartier Nuevo Carti, dans la région de Guna Yala, sur la côte caraïbe du Panama, le 29 mai 2024 (MARTIN BERNETTI)

Une communauté indigène du Panama a officiellement reçu mercredi du gouvernement les logements sur le continent où elle va progressivement s'installer pour fuir son îlot menacé par la montée du niveau des mers, devenant les premiers déplacés climatiques au Panama.

Lors d'une cérémonie, le président Laurentino Cortizo a inauguré le quartier Nuevo Carti, construit dans la région indigène de Guna Yala pour reloger les 1.200 habitants de l'île Carti Sugdupu, située à environ 15 minutes en bateau des côtes.

"Je suis émue. Les maisons sont belles, elles sont petites, mais très confortables", a réagi auprès de l'AFP Vidalma Yanez, 57 ans, devant ce qui sera sa nouvelle demeure.

D'une superficie de 41 m2, les maisons disposent de l'eau courante, de l'électricité sur un terrain de 300 m2.

Sur l'îlot surpeuplé de Carti Sugdupu, de la taille de cinq terrains de football, les habitants vivent dans des conditions très précaires, manquant d'eau potable et souvent sans électricité.

Le sol des habitations est en terre battue, les murs et les toits en bois ou tôle. Et pour couronner le tout, la mer ne cesse de monter.

Selon les scientifiques, le réchauffement climatique entraîne une élévation du niveau des mers, principalement en raison de la fonte des glaciers et des calottes glaciaires.

"La crise climatique que connaît le monde (...) nous a contraint, ici au Panama, à procéder à ce déménagement de l'île à ce lotissement d'environ 300 maisons", a déclaré M. Cortizo, en remettant les clés d'une maison à une famille.

Le président panaméen, qui achèvera son mandat le 1er juillet, a rendu les "pays développés" responsables de la "crise" climatique "que connaît le monde", en raison de la production de gaz à effet de serre.

"Nous devons nous conformer à l'accord de Paris, qu'ils ne respectent pas, c'est très important", a-t-il estimé, faisant état d'autres îles au Panama "dans une situation de vulnérabilité" similaire en raison de l'élévation du niveau de la mer.

Le nouveau lotissement a été construit sur un terrain de 14 hectares appartenant à la communauté indigène grâce à un investissement public de quelque 12 millions de dollars.

Carti Sugdupu est l'une des 365 îles de l'archipel de la comarque indigène Guna Yala, dans le nord-ouest du Panama. Une cinquantaine, toutes entre 50 cm et un mètre au-dessus du niveau de la mer, sont habitées.

jjr/mis/sf/lab/fio