Les premiers albums de De La Soul, trésors du rap, enfin sur les plateformes

Fin de l'imbroglio juridique: De La Soul, groupe-monument du hip-hop américain, diffusera enfin sur les plateformes musicales le 3 mars ses six premiers albums, avec, en éclaireur dès ce vendredi, le morceau "The Magic Number" (1989).

L'histoire de ce titre, remis dans la lumière avec son utilisation dans la B.O. de "Spiderman: No Way Home" (2021), mais introuvable en streaming pour les jeunes spectateurs du film, illustre la frustration du trio de rappeurs de Long Island (Etat de New-York).

"Quelqu'un m'a contacté sur mes réseaux: +Yo, après +Spiderman+ je n'ai pas pu trouver +The Magic Number+ (sur les plateformes) alors mon grand-père a sorti son disque et me l'a fait écouter+...", raconte Posdnuos, membre de De La Soul, à Billboard, média musical américain.

Pourquoi une telle absence? Pour résumer, entre diverses brouilles, Tommy Boy, label de De La Soul, ne s'est jamais attaqué à une montagne: régulariser les droits des multiples samples, ces emprunts de musiques pré-existantes.

"The Magic Number" est tiré du premier album du groupe "3 Feet High and Rising" (1989) qui repose sur quelque 70 samples. C'est un disque référence, dont un exemplaire audio est conservé à la Bibliothèque du Congrès à Washington, tout un pan de l'histoire du rap, celle d'un hip-hop positif opposé au gangsta rap émergent à l'époque.   

Mais, introuvable donc sur les plateformes. "Les contrats de nos premiers albums portaient sur (l'exploitation pour) les vinyles et les cassettes audio" uniquement, relatait Posdnuos à la BBC. Or la diffusion extra-large permise par les plateformes musicales a changé la donne.

- "Mosaïque de samples" -

Tommy Boy est aussi sans doute refroidi par un épisode fâcheux. Un groupe des années 1960, The Turtles, traîne en justice le trio en 1991 pour l'usage d'un titre dans "3 Feet...". Avec à la clé un dédommagement de 1,7 million de dollars selon le New-York Times.

"Ce premier album de De La Soul a marqué la fin de l'échantillonnage sonore (le sample) tel qu'il se pratiquait avant, sans être trop regardant sur les crédits, car c'est tout l'album qui est une mosaïque de samples", décrit pour l'AFP Olivier Cachin, journaliste et auteur, spécialiste du rap en France.

Sans existence sur les plateformes, "c'était comme si on avait été effacés de l'histoire", brosse Posdnuos dans Billboard. Common, autre figure d'un rap érudit, regrettait dans le New-York Times qu'"un gamin de 16 ans" ne puisse découvrir ce patrimoine du hip-hop via le streaming. Or, en dehors de "Spiderman", De La Soul attirait aussi un nouveau public en collaborant avec Gorillaz, projet de Damon Albarn, le leader de Blur.

- "Quel impact ?" -

En juin 2021, la situation se décante. Le label Tommy Boy est racheté par la société de droits musicaux Reservoir, pour 100 millions de dollars selon Variety. Et les contrats sont enfin dépoussiérés.

"C'est cool de savoir que c'est réglé", savoure Olivier Cachin, qui se demande toutefois "quel sera l'impact commercialement?". "Est-ce que 34 ans après sa sortie +3 Feet...+ va générer de gros chiffres en streaming, un mode d'écoute jeune, ou attirer seulement des nostalgiques à moyenne d'âge élevée, qui streament moins?".

En dehors de "3 Feet...", les plateformes vont en tout cas pouvoir diffuser les albums "De La Soul Is Dead" (1991), "Buhloone Mindstate" (1993), "Stakes Is High" (1996), "Art Official Intelligence: Mosaic Thump" (2000) et "AOI: Bionix" (2001). Leur plus ancien album présent sur les plateformes était jusqu'ici "The Grind Date"(2004).

Le 3 mars n'est pas choisi au hasard. C'est la date anniversaire des 34 ans de la sortie de "3 Feet...". "On a du mal à réaliser que ce jour arrive enfin, on a hâte de partager notre musique avec les fans, anciens et nouveaux" se réjouit le groupe dans un communiqué.

pgr/elc/hj