Le premier syndicat du groupe Canal+ s'indigne du licenciement de Stéphane Guy

·1 min de lecture

Libres, premier syndicat du groupe Canal, s'est dit "indigné et choqué" du licenciement du commentateur sportif Stéphane Guy "tant sur le fond que sur la forme", dans un communiqué publié ce lundi. Cette réaction survient après la décision de Canal+ de licencier le 24 décembre le commentateur vedette pour avoir apporté son soutien à l'humoriste Sébastien Thoen, lui-même renvoyé début décembre pour une parodie visant CNews, la chaîne info du groupe, détenue par Vivendi, groupe du milliardaire Vincent Bolloré.

Alors que Canal+ "a construit son image et sa réputation, entre autres sur l'impertinence, la caricature et l'auto-dérision, cet événement démontre le mépris de notre direction et de notre actionnaire pour ces valeurs", s'insurge le syndicat.

>> LIRE AUSSI -Stéphane Guy licencié de Canal+, après son soutien à Sébastien Thoen

L'auto-dérision, "valeur" de Canal+

A l'origine des licenciements, un sketch diffusé sur le site de paris Winamax joué par Sébastien Thoen (alors chroniqueur sportif), aux côtés de ses anciens camarades d'"Action discrète", Julien Cazarre et Thomas Séraphine.

La parodie raillait le présentateur de CNews Pascal Praud, rebaptisé "Pascal Prono", en mêlant considérations footballistiques et sujets prisés de la chaîne, comme l'immigration et le djihadisme. Sébastien Thoen avait été renvoyé dans la foulée, suscitant un tollé en interne. En cause, selon le directeur des antennes et des programmes de Canal+, Gérald-Brice Viret, le fait qu'il s'affiche a...


Lire la suite sur Europe1