Dans son premier seul en scène, le comédien Jean-Pierre ­Darroussin rallume le mythe de Rimbaud

·1 min de lecture

Avec Laura Smet comme partenaire et Louis-Do de ­Lencquesaing pour metteur en scène, il s'attendait à faire la rentrée 2020 au Théâtre Antoine. Covid oblige, la pièce, ironiquement intitulée Le ­Principe d'incertitude – en fait, sous la plume de Simon Stephens, l'autopsie d'une relation amoureuse à son stade potentiel –, n'a pas encore pu être montée. "Mais elle le sera en septembre", promet Jean-Pierre ­Darroussin, qui, dans l'attente forcée des ­confinements successifs, s'est rabattu sur "une production moins coûteuse dans les circonstances ­actuelles mais pas moins passionnante ni difficile à travailler".

Rimbaud en feu, créé cet ­automne à Toulon et monté sous la direction de sa compagne, Anna Novion, arrive à Paris, justement au Théâtre Antoine. Dans ce monologue déroutant, écrit sur mesure pour l'acteur par son ami journaliste Jean-Michel Djian, rimbaldien connu pour avoir produit de beaux podcasts documentaires sur le poète, on ne sait plus trop qui est l'homme en Darroussin. Un possédé? Un voyant? Un ­imposteur délirant en plus d'un vieil enragé? Impossible de répondre trop sûrement tant l'olibrius balade son monde…

Darroussin danse avec la grâce autant qu'avec l'enchevêtrement, le mystère

Une chose est sûre, il est là, face à nous, habité par Rimbaud, en verve avec son air tour à tour hébété, rageur, récalcitrant ou attendri. Enfermé dans ce qu'on devine être un hôpital psychiatrique, il se prend pour le poète rebelle au point de l'incarner très profondément. Alors q...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles