Premier ministre : le président peut-il vraiment « prendre un passant dans la rue s’il le veut » ?

Le président Emmanuel Macron pourrait-il vraiment « prendre un passant dans la rue s’il le veut » pour en faire le nouveau Premier ministre, comme l'a affirmé la députée Raquel Garrido ?  - Credit:Blondet Eliot/ABACA
Le président Emmanuel Macron pourrait-il vraiment « prendre un passant dans la rue s’il le veut » pour en faire le nouveau Premier ministre, comme l'a affirmé la députée Raquel Garrido ? - Credit:Blondet Eliot/ABACA

Si, à moins de quinze jours du premier tour, l'issue des élections législatives anticipés reste très incertaine, ce scrutin pourrait remodeler en profondeur la répartition des sièges à l'Assemblée nationale. Alors que les projections de notre sondage Cluster17-Le Point placent le RN en tête, le président du parti d'extrême droite, Jordan Bardella, se rêve déjà en Premier ministre. Mais, en cas de vague RN les 30 juin et 7 juillet, Emmanuel Macron pourrait-il lui refuser ce poste en nommant quelqu'un d'autre ?

À entendre Raquel Garrido, députée sortante LFI, interviewée mardi 11 juin sur Public Sénat, « le président a le pouvoir de prendre un passant dans la rue s'il veut pour le mettre Premier ministre ». Une affirmation qui est vraie, même si elle omet les conséquences qu'entraînerait un tel choix.

.@RaquelGarridoFr : "La France insoumise n'a pas proposé concrètement le nom de Jean-Luc #Mélenchon comme Premier ministre", affirme la députée de Seine-Saint-Denis suite à l'accord #Frontpopulaire entre les partis de gauche. #BonjourChezVous pic.twitter.com/P4GomTGPKw

— Public Sénat (@publicsenat) June 11, 2024

« Constitutionnellement, le président de la République est libre de nommer qui il veut », explique Mathilde Philip-Gay, professeure de droit public à l'université Lyon-3 et spécialisée en droit constitutionnel. Laconique, l'article 8 de la Constitution dispose seulement que « le président de la République nomme le Premier ministre ». Aucun critère de [...] Lire la suite