Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte en passe de devenir le prochain chef de l'OTAN

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte en passe de devenir le prochain chef de l'OTAN

Mark Rutte est en passe de devenir le prochain chef de l'OTAN après que la Hongrie a levé son veto suite à une lettre envoyée par le Premier ministre des Pays-Bas à Viktor Orbán.

Cette lettre a apaisé le Premier ministre hongrois en lui garantissant qu'en tant que chef de l'organisation atlantique, Mark Rutte ne forcerait pas la Hongrie à participer au soutien envers l'Ukraine, conformément à l'accord annoncé par l'actuel secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, la semaine dernière.

Viktor Orbán a publié une copie de la lettre qui lui a été envoyée sur X, en écrivant : "Après la réunion d'hier à Bruxelles, le Premier ministre Mark Rutte a confirmé qu'il soutenait pleinement cet accord et qu'il continuerait à le faire s'il devenait le prochain secrétaire général de l'OTAN".

Le Premier ministre néerlandais a également indiqué qu'il prenait note de certains commentaires qu'il avait faits au sujet de la Hongrie en 2021 et qui avaient suscité le mécontentement du gouvernement hongrois.

Les décisions de l'OTAN étant prises à l'unanimité, le veto de la Hongrie au leadership de Mark Rutte avait mis à l'arrêt les négociations quant à la succession de Jens Stoltenberg à la plus haute fonction de l'alliance atlantique.

Ce dernier a déclaré que le processus de sélection devrait désormais prendre fin "très bientôt".

"Ce n'est pas moi qui déciderai qui sera mon successeur. C'est aux pays membres de l'OTAN de le faire, mais je suis heureux que nous soyons proches d'une décision. Comme la Hongrie soutient désormais Mark Rutte, il ne reste que très peu de temps avant qu'il ne soit choisi", a-t-il déclaré.

Mark Rutte a l'approbation de la plupart des alliés de l'OTAN, y compris les États-Unis et l'Allemagne. La Turquie avait d'abord exprimé son opposition à la candidature du Premier ministre néerlandais, avant de revenir sur sa décision en avril.

Parmi les 32 États membres de l'alliance, seule la Roumanie ne s'est pas encore déclarée, le président du pays, Klaus Iohannis, ayant annoncé sa propre candidature au poste de secrétaire général de l'OTAN en mars.