Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte nommé chef de l'Otan

Les 32 pays de l'Otan ont nommé mercredi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte comme prochain secrétaire général, dans un moment crucial pour l'Alliance alors que la Russie poursuit sa guerre en Ukraine.

Mark Rutte, 57 ans, prendra ses fonctions à la tête de l'Otan le 1er octobre, en remplacement du Norvégien Jens Stoltenberg, en poste depuis dix ans.

L'Otan "entre de bonnes mains"

"Je sais que je laisserai l'Otan entre de bonnes mains", a immédiatement réagi ce dernier sur X. "Mark est un vrai défenseur des relations transatlantiques, un dirigeant fort et un bâtisseur de consensus", a-t-il ajouté.

"Votre leadership et votre expérience seront cruciaux pour l'Alliance durant cette période difficile", a réagi de son côté la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, appelant ses voeux un renforcement du partenariat entre l'UE et l'Otan.

Soutenu par les États-Unis

Vétéran de la politique européenne, Mark Rutte a très vite obtenu le soutien des pays les plus importants de l'Alliance, à commencer par les États-Unis. Sa nomination n'était plus qu'une formalité après le retrait de la candidature du président roumain Klaus Iohannis, la semaine dernière.

Outre la menace russe, le dirigeant néerlandais devra composer avec le résultat des élections américaines de novembre. Les États-Unis représentent à eux seuls la moitié du poids militaire de l'Alliance.

La perspective d'un retour de Donald Trump à la Maison Blanche hante les couloirs de l'Otan à Bruxelles. Notoirement méfiant à l'égard de l'Alliance, qu'il a qualifiée d'"obsolète", le milliardaire américain a multiplié les critiques contre les alliés européens, accusés de ne pas dépenser assez pour leur défense.

Article original publié sur BFMTV.com