Le Premier ministre arménien met en cause Israël pour ses ventes d’armes à l’Azerbaïdjan

·2 min de lecture

Dans son conflit face à l'Arménie pour le contrôle de la région du Haut-Karabakh, l'Azerbaïdjan utilise des armes israéliennes, et notamment des drones. Israël est l'un des principaux fournisseurs d'armes du pays, ce qui a provoqué la colère de l'Arménie.

De notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Entre l'Arménie et Israël, les relations ont toujours été compliquées. L'Arménie attendait notamment du pays créé après l'Holocauste une reconnaissance du génocide arménien de 1915 mais elle n'est jamais venue, Israël voulant éviter de provoquer la Turquie sur ce dossier sensible.

L'Arménie a également des liens étroits avec l'Iran, considéré par Israël comme principale menace à sa sécurité. Ce n'est donc que mi-septembre que l'Arménie a ouvert une ambassade à Tel-Aviv. Mais deux semaines plus tard, elle a rappelé son ambassadeur pour consultations.

« Israël devrait réfléchir »

Pour Nikol Pachinian, les ventes d'armes d'Israël à l'Azerbaïdjan font du pays un acteur de ce conflit, même si Israël s'est gardé de toute prise de position publique. Dans une interview à un journal israélien, le Jerusalem Post, le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, met en garde Israël contre les conséquences de cette politique. Il interroge : « Des mercenaires, des terroristes islamistes et Israël se trouvent désormais du même côté. Israël devrait réfléchir: est-ce vraiment la position dans laquelle il souhaite être ? »

Nikol Pashynian met aussi en garde contre les ambitions de la Turquie de Recep Tayyip Erdogan. Il évoque un « mécanisme » de recrutement de mercenaires en Syrie puis envoyés au Haut-Karabkah comme ils l'ont été avant, juge t-il, en Libye. « Ce mécanisme peut être mis en place dans d'autres lieux de différentes manières » prévient-il. Israël « devra faire face aux conséquences » de ses choix, estime le Premier ministre arménien.

►À lire aussi : Haut-Karabakh: l’ONU évoque des crimes de guerre et l’usage d’armes à sous-munitions