Le Premier ministre arménien se dit ouvert à des élections anticipées sous certaines conditions

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
LE PREMIER MINISTRE ARMÉNIEN SE DIT OUVERT À DES ÉLECTIONS ANTICIPÉES SOUS CERTAINES CONDITIONS
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

EREVAN (Reuters) - Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, s'est dit ouvert lundi à des élections législatives anticipées sous certaines conditions, après avoir dénoncé jeudi dernier une tentative de coup d'Etat de l'armée, qui a réclamé sa démission.

Quelques mois à peine après le conflit dans le Haut-Karabakh, la demande de l'armée a plongé l'ex-république soviétique de moins de 3 millions d'habitants dans une nouvelle crise politique, incitant l'opposition à descendre dans la rue, scandant "Arménie sans Nikol" devant l'Assemblée nationale.

Au pouvoir depuis 2018, Nikol Pachinian a ainsi proposé à des milliers de partisans rassemblés dans le centre de la capitale Erevan d'organiser un référendum en octobre prochain afin d'adopter une nouvelle Constitution.

Il a suggéré aux formations représentées au Parlement de s'engager à ne désigner aucun nouveau Premier ministre s'il démissionnait pour permettre la tenue d'élections anticipées.

"Nous irons aux élections et nous verrons de qui le peuple veut la démission", a-t-il dit, cité par l'agence de presse Interfax.

Nikol Pachinian a souhaité limoger en février le chef d'état-major de l'armée mais le président Armen Sarkissian a bloqué cette initiative, soulignant que l'armée devait être tenue à l'écart de la politique.

Le Premier ministre a cependant renvoyé à la présidence son décret de limogeage du chef de l'armée et, selon Interfax, le Conseil de sécurité du pays a exhorté lundi Armen Sarkissian à approuver la destitution du plus haut gradé de l'armée.

Nikol Pachinian est vivement contesté depuis qu'il a accepté en novembre un cessez-le-feu conclu sous l'égide de la Russie permettant à l'Azerbaïdjan de conserver ses gains territoriaux dans l'enclave séparatiste du Haut-Karabakh, majoritairement peuplée d'Arméniens de souche.

La Premier ministre avait accepté sa responsabilité dans l'issue du conflit mais avait rejeté les appels à démissionner.

(Artem Mikryukov, Tom Balmforth, Anton Kolodyazhnyy, Gabrielle Tétrault-Farber et Vladimir Soldatkin, version française Juliette Portala)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles