Pour son premier jour de procès face à Amber Heard, Johnny Depp se fait cuisiner

·2 min de lecture

Lors de la première journée d'audition à la Haute Cour de Londres dans son procès contre Amber Heard et un tabloïd britannique, Johnny Depp ne s'est pas laissé faire face aux questions abrupts de l'opposition.

Venu au tribunal défendre sa réputation, l'acteur américain Johnny Depp s'est retrouvé lui-même sur le grill mardi, contraint de s'expliquer sur ses excès à l'ouverture du procès en diffamation intenté au tabloïd britannique The Sun qui l'avait dépeint en mari violent. Trois ans après son divorce d'avec Amber Heard, la star hollywoodienne de 57 ans, qui a incarné Jack Sparrow dans la saga "Pirate des Caraïbes", a retrouvé l'actrice de 34 ans à la Haute Cour de Londres.

Cette juridiction va se pencher pendant les trois prochaines semaines sur le cas du Sun et de son propriétaire "News Group Newspapers" (NGN), à qui l'acteur reproche d'avoir présenté comme un fait avéré, dans un article publié en avril 2018, qu'il ait frappé son ex-femme. Après l'arrivée des ex-époux séparément, chacun un foulard sur le visage, la première audience a tourné au grand déballage sur leur relation aussi bien dans les documents apportés à la procédure qu'à la barre.

En images :Johnny Depp et Amber Heard, retrouvailles sous tension au tribunal

Dans un témoignage apporté par écrit par sa défense, Johnny Depp, qui rejette toute violence, affirme qu'Amber Heard était violente avec lui, verbalement et physiquement. Il la décrit en personne "calculatrice", "sociopathe", "narcissique", "complètement malhonnête sur le plan émotionnel".

A l'audience, Johnny Depp a dû affronter un interrogatoire serré mené par l'avocate de NGN, Sasha Wass, sur sa consommation de drogue et d'alcool, ainsi que sur son comportement.

"Dans ma jeunesse... mes expériences avec les narcotiques et les stimulants ont commencé à un jeune âge", a-t-il déclaré, interrogé au sujet d'une interview dans laquelle il avait expliqué qu'il avait essayé à peu près toutes les drogues à 14(...)


Lire la suite sur Paris Match