Le tout premier dessin de Gauguin redécouvert

Christian Panvert
Le dessin sur un chevalet, face à la Loire, à Orléans, où le jeune Gauguin a vécu durant 9 ans

Le devoir scolaire réalisé par le peintre à 17 ans a été retrouvé en Touraine. Il sera vendu aux enchères.


Le commissaire-priseur Aymeric Rouillac tient dans ses mains le tableau de 39,5 cm de largeur et 25 cm de hauteur, une encre de Chine et aquarelle sur papier Canson, apporté par un client pour une expertise gratuite cet automne. « La personne s’interrogeait sur la signature du dessin en bas à gauche : Gauguin. P, alors qu’il n’a rien à voir avec le style de Paul Gauguin. » raconte-t-il. « En revanche, la date en bas à droite : le 2 juillet 1865, m’interpelle. Gauguin est né en 1848. Il aurait donc 17 ans. Comme, il a séjourné plusieurs années à Orléans, c’était plausible. Alors, on a mené l’enquête », retrace l’expert.

Un travail de jeunesse

Durant trois mois, il travaille avec deux chercheurs qui finissent par résoudre l’énigme. Le jeune Gauguin a fait une copie d’un dessin que son professeur, Charles Pensée, avait réalisé en Suisse. La conclusion est sans appel. Il s’agit d’un travail de jeunesse et finalement l’œuvre la plus ancienne connue de Gauguin. Est-ce pour autant une œuvre d’art ?

Pour Christian Jamet, ancien professeur, écrivain et historien de l’art : « C’est un Gauguin, antérieur à Gauguin. C’est un peu comme si on avait retrouvé une rédaction de Victor Hugo avant qu’il ne devienne l’auteur des Misérables » Plus encore, selon lui, ce travail remarquable de jeunesse témoigne déjà de cet « esprit irrévérencieux » de Gauguin que l’on retrouvera dans toutes œuvres. Pour preuve, encore adolescent, « il se représente en marinier, seul homme parmi six femmes, regardant la voile d’une gabare… »

Cette invitation au voyage intitulé « Chalet suisse en bord de Loire » sera vendue aux enchères au château d’Artigny (Indre-et-Loire) le dimanche 16 juin et mise à prix 50 000 €.



Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Virginie Efira à Cannes : «La compétition, ça m’amuse »
«Sibyl», avec Virginie Efira, curieusement délicat et brutal
Crise à RTL : le patron Christopher Baldelli viré, un dirigeant de TF1 pour le remplacer
Emilia Clarke s’est inspirée d’Hitler pour son discours final de «Game of Thrones»
Déjà 430 000 spectateurs pour la Comédie Française au cinéma