Pour leur premier débat, les Républicains veulent un échange sans agressivité

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les candidats attendent ce moment depuis longtemps. Pendant ce premier mois de campagne, les candidats ont fait la tournée des fédérations des Républicains à un rythme très soutenu, entre trois et cinq déplacements par semaine. Pour le moment, aucun ne s’est risqué à critiquer ses adversaires. Michel Barnier vante devant les militants son expérience politique, Xavier Bertrand sa capacité à accéder au second tour et Valérie Pécresse son action à la tête de l’Île-de-France. Chacun met en avant son programme et sa personnalité, et tous promettent d’être rassemblés pour la présidentielle quoi qu’il arrive au lendemain du congrès le 4 décembre.

>> Retrouvez Europe matin week-end - 6-7 en podcast et en replay ici

Mettre fin aux guerres intestines

L’unité, c’est l’obsession de Christian Jacob qui y voit la clé de la victoire en 2022. Le président des Républicains veut mettre un terme aux guerres intestines qui ont jalonné l’histoire de sa famille politique. À commencer par la primaire de 2016, où la droite s’était ouvertement déchirée, qui est encore dans toutes les têtes.

Au programme donc, ni petites phrases, ni agressivité, à l’image des débats entre les écologistes fin septembre. "Ce ne sera pas la foire d’empoigne", abonde Xavier Bertrand. Comme ses camarades, le président des Hauts-de-France promet une opposition respectueuse.


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles