Le premier débat de la présidentielle sur TF1 a irrité les sourds, mais ils ne s'avouent pas vaincus

Annabel Benhaiem

POLITIQUE - Ils sont très mécontents de ce premier débat de la présidentielle sur TF1. Les sourds et les malentendants ont fait savoir sur les réseaux sociaux que nombre d'entre eux n'arrivaient pas à suivre le débit de parole des candidats.

Il y avait des sous-titres pourtant, mais ils ont été jugés trop rapides et pas toujours de bonne qualité. Parfois, à contre-temps. "Avez-vous déjà essayé de couper le son et d'essayer de comprendre ce qui se dit?", demande l'interprète en langue des signes, Sylvie Marthe-Rose. "Si oui, vous êtes très fort", renchérit-elle sur sa page Facebook.

Les sourds demandent pourquoi n'y avait-il pas d'interprète en langue des signes. Certains en appellent au CSA, d'autres sont tellement irrités par cette absence qu'ils veulent "boycotter" l'élection. L'abstention n'est pas que le fait des déçus de la politique ou des nihilistes.

Le manque était si criant qu'un sourd a commencé à signer devant son poste de télévision et à poster la vidéo sur Facebook, pour ses concitoyens. Une version sous-titrée sera bientôt publiée sur Youtube.

Le lendemain du débat, mardi 21 mars, les sourds ont essayé de se rattraper sur Internet, espérant que les chaînes d'info leur donneraient plus de matière. Ils ont été déçus, une fois de plus.

Les sourds s'expriment haut et fort depuis le début de la campagne présidentielle, mais obtiennent-ils des résultats?

Nouveau militantisme

"D'ordinaire, en période électorale, les sourds et les malentendants envoyaient des lettres aux candidats qui restaient sans réponse", raconte au HuffPost Claire Bernadat, interprète en langue des signes. "Cette année, on s'est dit qu'on devait se rendre plus visibles". Elle et d'autres interprètes ont alors fondé le groupe d'action Accès-cible. Il est composé de sourds, de proches et d'interprètes, et soutenu par deux acteurs principaux de cette culture: la Fédération nationale des sourds de France et l'Association française des interprètes et traducteurs en...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages