Premier arrivage de vaccins Covid au Liban, sous l'oeil de la Banque mondiale

par Ellen Francis
·2 min de lecture
PREMIER ARRIVAGE DE VACCINS COVID AU LIBAN, SOUS L'OEIL DE LA BANQUE MONDIALE

par Ellen Francis

BEYROUTH (Reuters) - Le Liban a reçu samedi ses premiers doses de vaccin contre le COVID-19 avec l'aide de la Banque mondiale, qui a prévenu qu'elle surveillerait la campagne de vaccination afin de s'assurer que ces doses seront administrées en priorité aux personnes les plus vulnérables.

Quelque 28.500 doses du vaccin Pfizer-BioNTech sont arrivées à l'aéroport de Beyrouth, premier lot d'un total de 2,1 millions de doses attendues en plusieurs étapes tout au long de l'année.

Les services sanitaires espèrent que le début de la vaccination permettra d'alléger la pression sur les hôpitaux du pays, déjà confrontés depuis plus d'un an à une grave financière, à laquelle s'est ajoutée l'explosion dans le port de Beyrouth en août dernier, qui a fait plus de 200 morts et des milliers de blessés.

Pour financer l'achat des doses, la Banque mondiale a réaffecté 34 millions de dollars initialement prévus pour un autre projet sanitaire au Liban.

"Nous SURVEILLERONS une distribution équitable et transparente pour les groupes PRIORITAIRES", a prévenu son vice-président régional, Ferid Belhadj, sur Twitter. Il a précisé que les personnes âgées et les soignants seraient les premiers vaccinés, et mis en garde contre tout passe-droit.

Le Liban a commandé également 2,7 millions de doses via le système COVAX destiné aux pays pauvres et des négociations sont en cours pour l'achat de 1,5 million de doses du vaccin d'AstraZeneca, selon des responsables du gouvernement.

Le nombre commandé jusqu'à présent devrait permettre de vacciner environ la moitié de la population libanaise, qui compte plus de six millions d'habitants dont au moins un million de réfugiés syriens.

Près d'un mois après avoir imposé un confinement strict pour endiguer l'épidémie de coronavirus, ce qui a provoqué des manifestations, le gouvernement libanais commencé cette semaine à lever certaines restrictions. La plupart des commerces restent cependant fermés et le couvre-feu de 24 heures a été maintenu.

L'épidémie a fait près de 4.000 morts dans le pays, qui a connu une flambée des contaminations en janvier.

(avec Alaa Kanaa, version française Jean-Stéphane Brosse)