Première dame. L’épouse française du président guinéen ciblée par des trolls russes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Lauriane Doumbouya, mariée au colonel Mamady Doumbouya est la nouvelle victime des trolls russes. The Times détaille comment celle qui est, depuis début octobre, la première dame de Guinée est harcelée en ligne afin d’attiser le ressentiment anti-français en Afrique.

L’épouse française du colonel guinéen Mamady Doumbouya “s’avère un cadeau inattendu pour la Russie alors que ce pays cherche à étendre son influence sur le continent”, explique The Times.

Son mari est arrivé à la tête du pays après avoir lancé un coup d’État contre le président Alpha Condé, le 5 septembre dernier. Très vite, il avait prêté serment en tant que chef par intérim de la Guinée.

Si la photo est bonne…

Sur la photo officielle de la prestation de serment, Lauriane Doumbouya apparaît vêtue d’un habit traditionnel, les cheveux retenus dans un turban blanc.

Sur elle, peu d’élements sont connus, sinon “qu’elle a quatre enfants avec Mamady Doumbouya et qu’elle est employée par la police militaire française”. Le colonel Doumbouya s’était engagé dans la Légion étrangère française et aurait rencontré sa femme alors qu’il étudiait à Paris.

À lire aussi: Putsch. Mamady Doumbouya, lunettes noires et béret rouge, nouvel “homme fort” de Guinée

Pourtant ce peu d’éléments biographiques a suffi pour qu’une opération de fausses nouvelles ait été montée par des activistes pro-Kremlin. Leur but ? Diffuser allégations et insinuations contre la première dame guinéenne. On trouve par exemple une “vidéo en montage

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles