• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Premières questions au gouvernement: Marine Le Pen ouvrira le bal face à Élisabeth Borne

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Marine Le Pen, le 6 juillet 2022, à l'Assemblée nationale à Paris - BERTRAND GUAY © 2019 AFP
Marine Le Pen, le 6 juillet 2022, à l'Assemblée nationale à Paris - BERTRAND GUAY © 2019 AFP

Conformément à la tradition parlementaire, c'est la présidente du principal groupe d'opposition à l'Assemblée nationale, Marine Le Pen, avec 89 députés, qui interpellera Élisabeth Borne pour la première séance des questions au gouvernement de la nouvelle mandature.

Si le sujet abordé par l'ancienne candidate à la présidentielle n'est pas encore connu, il est fort probable qu'elle aille sur le terrain du pouvoir d'achat afin de dérouler ses propositions en la matière.

Accord possible sur le projet de loi pouvoir d'achat

Face à une inflation au plus haut depuis 1987, la députée du Pas-de-Calais défend "des mesures structurelles pour soutenir le pouvoir d'achat", avec une TVA à 0% sur un panier de 100 produits de première nécessité et à 5% sur l'essence, comme elle l'a expliqué sur BFMTV dimanche.

Le RN pourrait d'ailleurs accepter de voter le projet de loi pouvoir d'achat présenté le 18 juillet à l'Assemblée nationale si le gouvernement accepte d'y faire figurer plusieurs de ses propositions.

Marine Le Pen a d'ailleurs donné le ton dès le soir du second tour des législatives, en promettant une "opposition ferme mais utile", avant une longue explication de texte dans Le Figaro quelques jours plus tard.

Utiliser l'Assemblée nationale pour se crédibiliser

"Nous ferons dans l'hémicycle ce que nous avons déjà fait ces cinq dernières années: lorsqu’un texte est bon pour les Français, nous le voterons (...). Quand le texte est améliorable, nous l’amenderons. Quand il est toxique ou mauvais, nous nous y opposerons sans aucun complexe ni difficulté", a avancé la patronne du groupe dans les colonnes du quotidien.

L'objectif de l'ex-candidate à l'Élysée est clair: profiter de l'Assemblée nationale pour montrer le visage d'un parti crédible, capable d'apporter des réponses aux Français.

Marine Le Pen se sait d'autant plus attendue au tournant que les premiers pas du groupe RN au sein de l'hémicycle ont été émaillés d'un incident lors de la séance inaugurale présidée par José Gonzales, le doyen RN de l'Assemblée nationale.

Après avoir évoqué l'Algérie française au micro de l'hémicycle, ce natif d'Oran a jugé devant des journalistes "ne pas être là pour savoir si l'OAS a commis des crimes", au grand dam de la gauche.

Marine Le Pen a d'ailleurs prévenu la majorité mercredi dernier, à l'occasion du discours de politique générale d'Élisabeth Borne. "C'est le retour du politique (...) C'est un grand moment politique que nous vivons", a-t-elle lancé en guise de réponse à la Première ministre. Voilà le gouvernement prévenu.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles