Les premières plantes ont pu conquérir la Terre grâce à un partenariat avec les champignons

·1 min de lecture

Il y a environ 450 millions d’années, les premières plantes ont quitté les eaux pour vivre sur les terres émergées. Pour ce faire, elles ont dû s’adapter à l’aridité du milieu terrestre. L’étude de fossiles avait, dans les années 1980, permis d’émettre l’hypothèse qu’une alliance plantes-champignons était peut-être à l’origine de la végétalisation terrestre. Elle vient d’être confirmée par une équipe internationale de recherche et l’étude est publiée dans Science le 21 mai.

Quand champignons et plantes font du troc !

Cette équipe était constituée par de nombreux collaborateurs internationaux qui ont contribué à l’étude dont l’Université de Cologne et le CIBSS – Centre for Integrative Biological Signalling Studies de l’Université de Fribourg-en-Brisgau en Allemagne ; l’université de Cambridge au Royaume-Uni ; l’université de Zurich en Suisse; et l’université du Tohoku au Japon. Cette équipe a été pilotée par des scientifiques français dont des équipes du Laboratoire de recherche en sciences végétales (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier), de la Fédération de recherche agrobiosciences, interactions et biodiversité (CNRS/Toulouse INP/Université Toulouse III – Paul Sabatier/INRAE), du Laboratoire des interactions plantes-microorganismes-environnement (CNRS/INRAE) et de l’Institut des maladies métaboliques et cardiovasculaires (Inserm/Université Toulouse III – Paul Sabatier) qui sont impliquées.

Arbre phylogénétique des plantes. Les plantes vasculaires et non-vasculaires forment une symbiose avec des champignons. Cercles de gauche : le champignon est coloré en bleu dans une racine de luzerne tronquée (haut) ou un thalle de M. paleacea (bas). Cercles de droite : luzerne tronquée (haut), M. paleacea (bas).
Arbre phylogénétique des plantes. Les plantes vasculaires et non-vasculaires forment une symbiose avec des champignons. Cercles de gauche : le champignon est coloré en bleu dans une racine de luzerne tronquée (haut) ou un thalle de M. paleacea (bas). Cercles de droite : luzerne tronquée (haut), M. paleacea (bas).

Un échange mutuellement bénéfique

Pour comprendre la vie passée, les chercheurs et chercheuses ont dû étudier les plantes du présent. Celles-ci sont divisées en deux grandes catégories : les plantes vasculaires avec tiges et racines, et les plantes...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura