Les premières étoiles sont apparues très tôt dans l’histoire de l’univers

Nathalie Mayer, Journaliste

Juste après le Big Bang, l’univers était composé d’une soupe primordiale d’atomes d’hydrogène et d’hélium ainsi que de matière noire. Pendant longtemps, il n’y avait ni galaxies ni même étoiles pour éclairer les lieux. Et cet âge sombre de l’univers a duré plusieurs centaines de millions d’années. Aujourd’hui, des astronomes nous offrent un aperçu de ce qui s’est joué à la fin de cette période. Ils ont en effet mesuré l’âge des étoiles contenues dans l’un des amas de galaxies les plus éloignés de nous : XLSSC 122. Des étoiles qui se sont formées au cœur de l’âge sombre de l’univers.

Pour ce faire, les chercheurs de l’université de Victoria (Canada) se sont appuyés sur des données du télescope spatial Hubble. La lumière de l’amas de galaxies — un groupe de milliers de galaxies qui orbitent les unes autour des autres — qu’ils ont observé a mis 10,4 milliards d’années à parvenir jusqu’à notre Terre. Ce qui signifie que cet amas existait déjà seulement 3,3 milliards d’années après le Big Bang. Et qu’il se pose comme un témoin idéal des débuts de l’univers.

Et ce que les astronomes ont observé dans cet amas, ce sont plusieurs galaxies d’une même couleur rouge : 19 au total ! Or, la couleur d’une galaxie trahit son âge. Les étoiles jeunes, en effet, sont plus bleues. Les étoiles plus âgées apparaissent plus rouges. Ainsi, ces galaxies présenteraient un âge similaire.

Les astronomes étudient les amas de galaxies — comme celui-ci, SPT0516, imagé par le télescope spatial Hubble — pour mesurer la composition de l’univers, tester des théories de la gravité ou encore déterminer les processus de formation des galaxies. Cette fois, des chercheurs de l’université de Victoria (Canada) ont utilisé l’un des amas les plus éloignés connus pour comprendre quand les galaxies les plus massives de l’univers ont commencé à produire des étoiles. © Nasa

Des résultats à confirmer

Les modèles connus ont permis aux chercheurs de l’université de Victoria d’estimer que les étoiles de ces galaxies...

> Lire la suite sur Futura