La première unité de France pour collégiens autistes est une réussite

agence, AFP, Etudiant, Figaro
Caroline Bergé enseigne auprès de 6 élèves autistes âgés de 11 à 12 ans au collège du Parc. / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP

Six jeunes autistes âgés de 11 à 12 ans ont fait leur rentrée en septembre au collège dans une classe spécialisée en Seine-Saint-Denis.

Ils sont les premiers autistes de France scolarisés en collège dans un dispositif sur mesure: Mounib, Adam, Rafi, Boubacar, Sanjay et Alioune ont fait leur rentrée à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), où l’équipe enseignante espère faire des émules ailleurs sur le territoire. En rang avant le cours de sport, deux garçons «checkent» avec Léonore. «On s’amuse bien avec eux. Ils ne sont pas comme nous, mais je les comprends», dit l’adolescente.

» LIRE AUSSI -Romain, autiste, raconte son stage au Figaro

Scolarisés dans une unité d’enseignement externalisée (UEE) pour les matières principales - français, math, anglais...-, Sanjay et Mounib rejoignent une classe de 6e «classique» pour les cours d’EPS et d’arts plastiques. Sur les tatamis, en récréation ou à la cantine, peu d’indices permettent de les distinguer des élèves «lambda». L’omniprésence de leur accompagnante (AESH), Gracia Martins, en est un. À l’énoncé des consignes du prof d’EPS, Sanjay a l’air perdu. «Il suffit de lui montrer», explique-t-elle en retirant ses chaussures, avant de s’élancer à quatre pattes au milieu des enfants, suscitant un déclic chez le garçon, tout sourire.

Un projet encouragé

«On a beaucoup d’a priori, on pense que ce sont des enfants soit très intelligents, soit très renfermés. Or il y en a beaucoup “au milieu”, c’est à ceux-là qu’on s’adresse. L’objectif est la socialisation et l’autonomie», résume Saïd Haddouchi, principal du collège du Parc. «Très naïvement, on ne pensait pas que c’était une première en France. On a lancé ce projet car il répondait à un besoin. Ce n’est pas difficile à mettre en place!», insiste-t-il.

En juin dernier, le premier ministre Édouard Philippe a reconnu la «lenteur» du déploiement des UEE qui permettent aux enfants autistes, estimés à 100.000 en France, de bénéficier de l’inclusion scolaire. Il en existe aujourd’hui (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Alexandre, autiste de 18 ans, passe son bac 
Autisme: comment mieux intégrer les Asperger à l’université? 
Romain, autiste, raconte son stage au Figaro 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Etudiant