Voici la première tomate génétiquement modifiée par CRISPR

·1 min de lecture

Depuis le 17 septembre, une tomate génétiquement modifiée par édition génomique CRISPR est commercialisée au Japon par la start-up Sanatech Seed. La « tomate rouge de Sicile à haut Gaba » produit en moindre quantité l'enzyme qui « casse » l’acide gamma-aminobutirique (Gaba), un neurotransmetteur inhibiteur du système central. Selon certaines études, le Gaba serait associé à une diminution du stress, une amélioration de la régulation de l’humeur, et une moindre tension artérielle (il est d’ailleurs vendu en temps que complément alimentaire). La tomate génétiquement modifiée contient cinq fois plus de Gaba qu’une tomate ordinaire, selon la start-up qui développe d’autres variétés possédant la même modification.

Bientôt des tomates « naturellement » pimentées dans nos assiettes ?

Si plusieurs aliments OGM sont déjà commercialisés dans le monde, c’est la première fois qu’une plante modifiée par la technique CRISPR, pourtant découverte il y a 20 ans, est mise sur le marché (un champignon génétiquement modifié contre le brunissement a été approuvé aux États-Unis en 2016 mais n’a pas encore été mis en vente). À l’inverse des OGM, l’édition génomique ne requiert pas d’ajout d’ADN étranger mais se contente de modifier le génome de la plante elle-même. Ce qui n’empêche pas la Commission européenne de placer les plantes CRISPR sous la même législation que les OGM, au grand dam des semenciers et des scientifiques. Il est donc peu probable que cette tomate arrive bientôt en France.

De nombreux autres produits CRISPR sont en développement, comme une dorade produisant 50 % de muscle en plus, du blé à teneur réduite en acrylamide, des salades chicorées moins amères, ou encore de l’huile de soja contenant moins de graisses saturées.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles