La première mine de lithium européenne sera-t-elle bientôt exploitée dans les monts Métallifères ?

·2 min de lecture

Du lithium, du manganèse, du gypse, des diamants, du platine. La revue de presse Allemagne est tout entière consacrée à l'exploitation de matières premières et de métaux précieux.

Cinovec, côté tchèque, Zinnwald, côté allemand ; les toponymes dévoilent la richesse géologique de la forêt qui relie la Saxe à la Bohême dans les monts Métallifères. Son sol abrite de l'étain, mais aussi du tungstène, et surtout le plus grand gisement de lithium connu en Europe. Long de 3,7 kilomètres, large de 700 mètres et profond de 600 mètres, il a pour particularité de se trouver aux deux tiers sur le territoire tchèque et pour un tiers en Allemagne. L'extraction de ce trésor, envisagée dans les deux pays, où coexistent deux projets parallèles, demande des moyens dont la société allemande Deutsche Lithium, endettée, ne dispose pas. Son directeur envisage ainsi avec impatience la possibilité d'une fusion avec le projet tchèque, piloté par une entreprise publique. Le Premier ministre de la république voisine, Andrej Babiš, également homme d'affaires multimilliardaire, a en effet imposé l'entrée du groupe énergétique CEZ, désormais majoritaire, dans le capital de la société d'exploitation, réduisant la part de l'investisseur australien European Metals, qui, en 2018, avait tenté de s'accaparer l'exclusivité de l'exploitation de la mine. L'objectif de Babiš est de faire de son pays un acteur majeur de l'e-mobilité, en alimentant les futures gigafactories européennes, et plus particulièrement l'usine Tesla en cours de construction dans le Brandebourg. Selon la , des discussions seraient en cours pour l'achat d'une bonne partie de la production annuelle de la future mine, estimée à 20.000 tonnes de carbonate de lithium ; de quoi approvisionner 300.000 voitures électriques, alors que la super-usine de Grünheide prévoit de livrer 500.000 véhicules par an.

La mine de Cinovec est actuellement le plus grand projet d'extraction de lithium en Europe. Une source locale de matières premières permettrait d'économiser les coûts de transport depuis l'Amérique du Sud et l'Australie, mais son exploitation nécessite un accord intergouvernemental. Le gouvernement du Land de Saxe r[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi