Première journée d’audience au procès des attentats de Bruxelles

via REUTERS - POOL

Après un faux départ en septembre lié au box des accusés puis le tirage au sort des jurés la semaine dernière, le procès des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles a enfin commencé. Une première journée d’audience très technique qui laisse présager de la longueur de ce procès-fleuve qui pourrait durer six à neuf mois. Les attentats de l’aéroport de Zaventem et de la station de métro Maelbeek avaient fait 32 morts et 340 blessés.

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

Cette première journée d’audience a surtout été marquée par la litanie de l’identification des 960 parties civiles, des victimes et leurs familles essentiellement.

Depuis six ans et demi, certains sont décédés, d’autres sont là au nom d’un parent proche. Pour tous, c’est une émotion d’entendre leur nom prononcé par la présidente du tribunal.

Pierre-Yves a été soufflé par la première explosion dans l’aérogare de Zaventem à 7h58 le 22 mars 2016. Il n’a miraculeusement pas été blessé ; il a pu se porter au secours de ses voisins immédiats, mais il a encore du mal à en parler.

J'ai vécu quelque chose de très difficile. Autour de moi, les gens sont morts ; des gens ont perdu des proches, ont été blessés, ont des séquelles physiques absolument irrémédiables. Je voulais vraiment être présent au tout début, comme je pense pas mal de personnes. C'est évidemment très impressionnant. La sécurité est impressionnante. Et puis bon, c'est la première fois qu'on est vraiment en contact très très proche avec les accusés. Donc, là, on se rend compte que l'on est effectivement dans le vif du sujet.


Lire la suite sur RFI