Pour la première fois, une entreprise française teste le congé menstruel

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
89 % des femmes de l'entreprise se plaignent de règles douloureuses et estiment que cela peut impacter leur activité au travail.
89 % des femmes de l'entreprise se plaignent de règles douloureuses et estiment que cela peut impacter leur activité au travail.

C'est une grande première qui pourrait bien faire changer les mentalités dans le monde du travail. Comme le révèle Le Parisien, la société La Collective, à Montpellier, a mis en place un congé payé permettant aux femmes subissant des règles douloureuses de s'absenter une journée par mois, et ce, sans avoir besoin de fournir de justificatif médical.

Expérimentée depuis le 1er janvier 2021, cette journée d'absence est entièrement prise en charge par l'entreprise et n'est pas considérée comme un arrêt de travail, à la différence d'un arrêt maladie, souligne le quotidien. Dans cette entreprise de l'Hérault, qui fait notamment des collectes sur la voie publique pour des associations, l'adoption du congé menstruel a été chaudement accueillie par les salariés et approuvée à la quasi-unanimité, aussi bien par les femmes que par les hommes, en assemblée générale.

À LIRE AUSSIPourquoi le confinement impacte le cycle menstruel

Cette mesure est « une avancée sociale qui fait écho aux droits des femmes dans la société » se félicite Dimitri Lamoureux, cogérant de La Collective, qui compte 16 femmes dans ses rangs. « Cette mesure est adaptée à notre activité en extérieur et repose sur la confiance. Je trouve ça normal de prendre en considération la souffrance au travail de chacun, même si ce n'est pas la mienne », souligne, de son côté, un salarié, alors que 89 % des femmes de l'entreprise se plaignaient d'avoir des règles douloureuses et estimaient que cela pouvait impact [...] Lire la suite