Pour la première fois depuis vingt ans, les diplomates français appelés à faire grève ce jeudi

Le Quai d'Orsay - -
Le Quai d'Orsay - -

"Fatigués", "inquiets pour leur avenir" et "en manque de considération", les personnels du Quai d'Orsay sont appelés ce jeudi à faire grève pour protester contre une série de réformes qui mettent en danger selon eux l'efficacité et le prestige de la diplomatie française.

La réforme de la haute fonction publique voulue par le président Emmanuel Macron, qui aura des conséquences sur les carrières diplomatiques, a été le déclencheur du mouvement, mais la grogne monte en réalité depuis plusieurs années.

"L'empilement des réformes, la baisse continue des moyens, aboutit à une fatigue et un désarroi des personnels", explique le diplomate et syndicaliste CFTC Olivier Da Silva, constatant que "la colère est à un niveau particulièrement élevé" dans le réseau.

"Rien qu'une grève est déjà un événement en soi"

Fait inédit, de nombreux diplomates de haut rang, ambassadeurs, directeurs de régions, affichent depuis quelques jours sur Twitter leur soutien au mouvement, sous le hashtag #diplo2métier.

Des rassemblements sont prévus devant le ministère à Paris et à Nantes, où se trouve le centre des archives diplomatiques.

Les ambassadeurs et agents consulaires disposent du droit de grève, mais "naturellement on ne menacera jamais la protection de nos compatriotes et de nos intérêts. On appelle à cesser le travail dès l'instant où ça ne menace pas la continuité de la défense de nos intérêts", précise Olivier Da Silva.

"Rien qu'une grève est déjà un événement en soi", ajoute-t-il, estimant qu'il s'agit d'un "cri d'alarme". "Notre ministère est abîmé, il faut le réparer". Les syndicats et le collectif réclament l'organisation d'assises de la diplomatie.

"La fin de la diplomatie professionnelle"

Objet des inquiétudes, la réforme de la haute fonction publique crée un nouveau corps d'administrateurs de l'Etat et prévoit que les hauts fonctionnaires ne seront plus rattachés à une administration spécifique mais seront, au contraire, invités à en changer régulièrement tout au long de leur carrière.

Pour les diplomates, environ 700 directement concernés par la réforme, cela se traduit par une fusion puis "mise en extinction" progressive d'ici à 2023 des deux corps historiques de la diplomatie française, ministres plénipotentiaires (ambassadeurs) et conseillers des affaires étrangères.

Soit, estiment nombre d'entre eux, "la fin de la diplomatie professionnelle" française, troisième réseau international derrière les Etats-Unis et la Chine

"Avec cette réforme, les Français vont être représentés par des gens pas formés aux codes de la diplomatie, ou pas prêts. Être consul, ce n'est pas seulement un rôle honorifique comme je l'entends dire. C'est aller reconnaitre le corps d'un compatriote à la morgue, annoncer un décès... Il faut conserver la professionnalisation de notre diplomatie", estime un ambassadeur sous couvert de l'anonymat.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles