Pour la première fois, la Corée du Sud voit sa population baisser

·1 min de lecture

Pour la première fois, la population sud-coréenne a baissé en 2020. Le faible taux de natalité du pays, associé avec le vieillissement des citoyens coréens, inquiète les autorités. Les gouvernements ont lancé de nombreuses politiques natalistes car cette chute de la population peut poser de nombreux problèmes à la quatrième économie d’Asie.

Avec notre correspondant à Séoul, Nicolas Rocca

La Corée du Sud compte 20 000 habitants de moins en 2020 qu’en 2019. Avec un taux de natalité en chute constante et qui fait partie des plus bas au monde, cette baisse démographique semblait inéluctable. « Au regard de la chute du taux de natalité, le gouvernement doit changer rapidement sa politique dans le domaine », a affirmé le ministre de l’Intérieur.

Pourtant Séoul ne ménage pas ses efforts. 750 euros seront alloués aux femmes enceintes, ainsi que des paiements mensuels pour les enfants jusqu’à leur première anniversaire. Mais c’est plus tard que le manque de moyens pousse les Sud-Coréens à ne plus avoir d’enfant. La hausse constante des loyers, et le prix de l’éducation semblent être des facteurs, mais l’opposition des femmes du pays aux normes sociales traditionnelles joue également un rôle.

En 2018, seules 22% des femmes non-mariées estimaient que trouver un époux était une nécessité, comparé à près de 50% un an plus tôt. Si la tendance à la baisse de la natalité se poursuit, le pays ne compterait que 39 millions d’habitants d’ici 2067 contre près de 52 millions actuellement, et près de la moitié d’entre auront plus de 64 ans.