Pour la première fois, des chercheurs ont observé des chimpanzés attaquer mortellement des gorilles

·1 min de lecture

Par deux fois, des scientifiques ont observé des chimpanzés s'attaquer à des gorilles dans le parc national de Loango, au Gabon. Ils ont tenté de comprendre la motivation derrière ces agressions.

Pour la première fois, des chercheurs rapportent des cas d'attaques mortelles de chimpanzés sur des gorilles. Ces funestes rencontres ont fait, pour le moment, deux jeunes victimes.

Des patrouilles de chimpanzés débouchant parfois sur des attaques meurtrières

"La violence intraspécifique, y compris les interactions mortelles, est un phénomène relativement courant chez les mammifères, explique une étude publiée le 19 juillet 2021 dans la revue . Au contraire, la violence interspécifique a été principalement étudiée dans le contexte de la prédation et a reçu la plus grande attention de la recherche chez les carnivores". La violence entre animaux d'espèces différentes peut s'expliquer par la volonté d'un spécimen de consommer l'autre (prédation) ou encore par sa volonté de protéger une ressource limitée qu'ils exploitent tous les deux. Les cas d'agression intraspécifique (entre animaux d'une même espèce) sont bien documentés chez les grands singes. Ainsi, les interactions mortelles sont fréquentes au sein des communautés de chimpanzés et des groupes de gorilles.

Chez les premiers, les mâles adultes sont souvent les bourreaux mais également les victimes. "La majorité des meurtres impliquent des attaques intercommunautaires plutôt qu'intracommunautaires, et sont le plus souvent commises par des coalitions de mâles lors des patrouilles des frontières territoriales, souligne l'étude. Au cours de ces patrouilles, les chimpanzés se rendent à la périphérie du territoire pour rechercher des traces de membres d'autres communautés ou peuvent même faire de profondes incursions dans les communautés voisines impliquant des attaques meurtrières".

Les gorilles, quant à eux, s'attaquent à leurs congénères lors de rencontres avec d'autres groupes (un ou plusieurs mâles adultes, des femelles adultes et leur progéniture). Si souvent le territoire de ces groupes se superpose sans que des interactions agressives ne surviennent, parfois les rencontres dérapent. Mais ce n'est pas une agressi[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles