Première détection d’une supernova causée par la fusion de deux étoiles

·2 min de lecture

Des scientifiques américains ont détecté pour la première fois une supernova déclenchée par la fusion de deux étoiles. Grâce à l’analyse de signaux radio, ils ont pu retracer l’histoire de ce phénomène, jusqu’alors seulement théorisé.

Une étude publiée dans le 3 septembre 2021 rapporte la première observation d’une supernova déclenchée par la fusion de deux étoiles. Ce type de supernova appartient à la catégorie des "supernovas à effondrement de cœur", qui se produisent lorsqu’une étoile massive épuise son hydrogène, et ne peut plus continuer les réactions thermonucléaires. Elle s’effondre alors sur elle-même, écrasée par son propre poids, puis explose violemment.

Mais l’explosion peut être déclenchée plus tôt dans le cas où l’étoile appartient à un système binaire, comme l’explique l’article : "La théorie prédit que les réactions nucléaires pourraient être interrompues plus tôt s’il y a fusion de l'étoile avec un compagnon binaire compact." Jusqu’alors seulement théorisée, des scientifiques du California Institute of Technologie (Caltech) démontrent, grâce aux données de recueillies par le Very Large Array Sky Survey, dit VLASS, la toute première observation d’un tel phénomène. "Les théoriciens avaient prédit que cela pourrait arriver, mais c'est la première fois que nous voyons un tel événement", a déclaré Dillon Dong, étudiant diplômé à Caltech et auteur principal de l’article.

Dans le cas d’un système binaire, la supernova est provoquée par l’aspiration d’une des deux étoiles par son compagnon plus compact

Le terme "" désigne la série d’événements causés par l’implosion d’étoiles massives en fin de vie, au-delà de 10 masses solaires. Au cours de leur vie, ces astres s’alimentent par la fusion nucléaire qui se produit dans leur cœur : la matière y est suffisamment chaude et sous pression pour qu’elle entre en fusion, et synthétise des éléments de plus en plus lourds. Mais une fois le combustible épuisé, donc l’hydrogène, les étoiles massives subissent alors un effondrement gravitationnel : elles s’écrasent sur elles-mêmes, sous l’effet de leur propre poids, devenant soit une étoile à neutrons, soit un trou noir. De nombreuses supernovas de ce type ont déjà été observées, avec notamment la pre[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles