Première année (France 2) Thomas Lilti : "Ce sont des études violentes et brutales"

·1 min de lecture

"Tu connais la différence entre un étudiant en médecine et un étudiant en prépa ? Demande-leur d’apprendre le Bottin par coeur : l’étudiant en prépa te demandera pourquoi, et l’étudiant en médecine, pour quand !" Voilà ce qu’un ami explique à Benjamin, inscrit en première année. Pour l’heure, zéro médecine au programme, mais dix mois à bachoter quinze heures par jour ! Pour Lilti, « Première Année, c’est mon Rocky ! » Dans la foulée de Hippocrate (2014) et de Médecin de campagne (2016), le toubib-cinéaste (la série Hippocrate, c’est lui aussi) clôt, avec la rage au ventre, sa trilogie sur la médecine.

À lire également

Hippocrate (France 4) : Le long travail de préparation de Vincent Lacoste pour le rôle

Son film est un énorme coup de gueule contre un système de sélection inhumain. "C’est une vraie boucherie pédagogique. Ce sont des études violentes et brutales, dont l’objectif est de sélectionner les élèves les plus résistants." Et très inégalitaires, ajoute-t-il : "En deuxième année, un élève sur deux a un parent médecin !" Benjamin, incarné avec un naturel dément par William Lebghil, est justement fils de chirurgien. Pas Antoine (l’excellent Vincent Lacoste), son binôme de conc... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi