Pratiquer un sport individuel favoriserait l’anxiété des enfants

Le sport individuel, ici du patinage artistique, peut être source de mal-être pour les jeunes pratiquants. (illustration)
Le sport individuel, ici du patinage artistique, peut être source de mal-être pour les jeunes pratiquants. (illustration)

Pratiquer régulièrement une activité physique est bénéfique pour le corps et l'esprit. Et ce, pour les adultes et les enfants. Cela étant, il existerait un lien entre le type de sport (collectif ou individuel) et la santé mentale. D'après une étude de la revue Plos One, relayée par France Info samedi 11 juin, les enfants et adolescents pratiquant des sports individuels (tennis, gymnastique…) seraient davantage sujets à des soucis psychologiques, tels que l'anxiété, la dépression ou les problèmes d'attention ou de sociabilisation.

Dans le détail, le comportement de plus de 11 200 enfants de 9 à 13 ans représentatifs de la population a été étudié pendant dix ans. Ils ont été catégorisés en quatre groupes, en fonction de leur participation à un sport collectif, à un sport individuel, aux deux ou de leur absence d'activités sportives. Selon les conclusions de l'étude, les enfants participant à des sports collectifs (football, basketball…) seraient moins sujets à des troubles psychiques. Ce serait même le contraire : les activités sportives en groupe pourraient être un moteur pour maintenir la bonne santé mentale des adolescents.

À LIRE AUSSI Le sport à plusieurs, c'est… encore meilleur

Une plus forte camaraderie entre coéquipiers

Plusieurs raisons peuvent expliquer la prévalence de difficultés psychologiques dans les sports individuels. « L'hypothèse principale, c'est que l'exigence de performance repose alors entièrement sur l'enfant ou l'adolescent. Si la pressi [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles