Les pratiquants de BDSM seraient plus satisfaits sexuellement

Caurentin Courtois

SEXUALITÉ - Des sexologues et chercheurs de l'université de Rome se sont intéressés aux pratiquants de BDSM et à leur satisfaction sexuelle pour la comparer à celle du reste de la population.

Pour réaliser cette étude, les sexologues ont recueilli les témoignages de 266 pratiquants de BDSM italiens et de 200 personnes choisies au hasard. Ils ont ainsi pu analyser leur vie sexuelle, leur satisfaction et leur stress par rapport à la sexualité. Le résultat de l'étude a mené les chercheurs à conclure que dans les relations sexuelles BDSM les hommes auraient plutôt tendance à avoir un rôle de dominant et que les femmes assumeraient plutôt le rôle de dominé. Cependant, presque un tiers des personnes ayant participé à l'étude considère pouvoir être à la fois dominant et dominé.

Les pratiquants de BDSM sont moins stressés sexuellement

L'étude a également permis de démontrer que les hommes et femmes qui se considèrent comme dominants ou peuvent changer de rôle à volonté dans les relations BDSM ont tendance à être plus satisfait par leur vie sexuelle par rapport aux personnes dominées et les personnes choisies au hasard.

L'un des chercheurs explique également avoir découvert que "les personnes qui pratiquent leurs propres fantasmes dans ce domaine sont plus satisfaite sexuellement et ont moins de problèmes sexuels". Cependant, les participants étant majoritairement des personnes faisant parti d'associations BDSM, l'étude ne reflète pas la vie sexuelle de pratiquants qui ne font parti d'aucune association.

"Le message que nous voulions partager est que le BDSM n'a rien d'une pathologie", explique l'un des chercheurs. Selon le sexologue Italien, les recherches qui suivront devraient se concentrer sur la compréhension des besoins sexuels des pratiquants de BDSM "et permettre de comprendre comment nous pouvons les approcher en tant que sexologue".


Le HuffPost se décline désormais en audio. Les possesseurs d'un assistant vocal Amazon Echo peuvent nous retrouver tous...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post