Prévenir, et vivre avec, un cancer du sein : guérie, Cynthia Ka sensibilise sur Instagram et sur TikTok

·4 min de lecture

Mieux sensibiliser les jeunes femmes au cancer du sein : c'est l'objectif que s'est fixé la française Cynthia Ka en lançant ses compte Instagram et TikTok. Depuis Octobre rose, le mois dédié à la sensibilisation à la maladie, elle donne des conseils pour prévenir ce cancer, et aider les personnes qui en sont atteintes à y faire face.

"Pourquoi j'ai eu le cancer du sein si jeune ?", "Comment annoncer à son ‘date’ que l'on n'a qu'un sein ?" : dans ses vidéos, Cynthia Ka parle sans complexes de son expérience de la maladie dont elle a guéri.

Diagnostiquée à l'âge de 31 ans, elle a attendu cinq ans après sa rémission pour parler de son vécu sur les réseaux sociaux. Après une carrière dans l’événementiel, elle s’est reconvertie après sa guérison pour devenir nutritionniste, naturopathe et professeure de yoga.

En choisissant Instagram et TikTok, elle a voulu toucher un public qui passe souvent sous les radars des campagnes de prévention du cancer du sein :

Pour moi, ce n'est pas de la prévention que de faire des courses [à pieds], ou s'habiller en rose [en référence aux opérations de sensibilisation du mois “Octobre rose”, NDLR]. Comment faire pour parler du cancer du sein en soi ? Cette partie [de la prévention] n'existe pas, à moins qu'on aille la chercher. Sauf que les gens ne vont pas la chercher, parce que les gens à qui on veut faire s'adresser pour la prévention n'ont pas eu le cancer du sein. Et malheureusement, les gens qui n'ont pas de maladie ne veulent pas entendre parler de maladie.

Avec pédagogie et humour, elle explique comment mieux prévenir le cancer du sein. Ses vidéos d'autopalpation montrent les gestes à réaliser pour le détecter soi-même. Dans d'autres vidéos, elle explique les facteurs qui peuvent favoriser la maladie, et comment limiter son exposition aux perturbateurs endocriniens, cause de nombreux cancers.

Je n'invente rien du tout : toutes les statistiques viennent de centres de recherche. Sauf que les gens ne lisent pas ces informations-là. Ils les cherchent auprès de personnes qui leur ressemblent et qui leur "mâchent" le travail.

Elle n'hésite pas à reprendre des "trends" de TikTok, ces pastilles audios qui sont reprises par d'autres utilisateurs et déclinées à l'envi dans des centaines de vidéos.

Parler de son expérience lui permet aussi d'aider les femmes atteintes du cancer du sein à lutter contre la maladie, et à se reconstruire après la guérison.

Je pense que les femmes qui ont eu le cancer du sein ont besoin de s’identifier, de se délester d’un poids et de se dire oui c’est normal, c’est difficile.

Pour moi, partager mon expérience a été non seulement un moyen thérapeutique de dire “je m’en suis sortie”. Et en plus, je me suis dit aussi que ça allait aider d’autres personnes, qui se sentent invisibles, invalides dans leur sentiment de mal-être, parce que ce sont des choses que l’on n’aborde pas du tout dans le parcours de soin. Sachez que c’est normal d’avoir peur, de se sentir meurtrie dans son corps et dans sa féminité.

Au-delà de la prévention du cancer du sein, ses vidéos parlent de bien-être, de nutrition et de santé mentale. Ce qui attire aussi de nombreux abonnés qui ne sont pas atteints du cancer :

Quand on sait que 85% des cancers du sein sont causés par les perturbateurs endocriniens, pour moi la prévention doit miser sur : comment faire pour les réduire ? C’est aussi parler d’alcool, qui est l’une des causes du cancer du sein qui n’est vraiment pas mentionnée du tout. C’est aussi parler de bien-être, de stress, de santé mentale.

Pour moi la question du cancer du sein ce n'est pas qu'une question de santé. C'est une question qui en devient même politique, ou même écologique, parce que cela nous fait repenser à notre façon de consommer.

Prévenir le cancer du sein en adoptant un mode de vie plus sain : le message de Cynthia Kå a déjà touché un large public. En quelques mois à peine, ses comptes rassemblent déjà 47 500 abonnés sur TikTok et 13 000 sur Instagram.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles