Présidentielles en Équateur: les électeurs se protègent pour éviter les contaminations

·2 min de lecture

En Équateur, ce dimanche 7 février est jour de vote pour 13 millions d’électeurs appelés à choisir leur président et leur députés malgré la pandémie. On redouble de précautions dans les bureaux de vote pour éviter les contaminations. Reportage à la sortie d'un bureau du centre de Quito, la capitale.

Avec notre envoyé spécial à Quito, Raphael Moran

« J’ai mis une combinaison sanitaire, deux masques, une visière et j’ai ma bouteille de désinfectant. » Dans ce bureau de vote de Quito, il n’est pas rare de voir des électeurs qui viennent voter en combinaison intégrale comme Lilian, cette retraitée.

Malgré la pandémie de Covid et la saturation de beaucoup d’hôpitaux du pays, l’Équateur a maintenu les élections présidentielle et législatives. Avec les précautions de rigueur. On demande également aux électeurs de venir le matin pour ceux qui ont un numéro pair de carte de d’identité, et l’après-midi pour les numéros impairs.

De longues files d'attente se sont formées dès le matin à l’entrée des bureaux de vote, il faut rappeler que le vote est obligatoire en Équateur sous peine d’une amende de 40 dollars.

À lire aussi : Les Équatoriens se rendent aux urnes en plein marasme économique et sanitaire

« Nos préoccupations principales sont l’emploi, la santé et la délinquance », affirme Silvia Hurtado qui sort du bureau de vote. Elle a voté blanc. Aucun des 16 candidats en lice ne l’a convaincue.

Selon les derniers sondages, les deux favoris sont l’économiste Andrés Arauz, dauphin de l’ex-président de gauche Rafael Correa, et son adversaire le banquier Guillermo Lasso qui mise au contraire sur un programme néolibérale pour relancer une économie en crise à cause de la baisse des prix du pétrole.

► À écouter : Présidentielles en Équateur: un référendum sur Correa?