Présidentielle : comment WhatsApp veut lutter contre l'abstention

·1 min de lecture
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Moins de 35% de participation au second tour des élections régionales en juin 2021 . Un taux extrêmement bas qui a poussé plusieurs jeunes à créer l'ONG "A voté". Flore Blondel-Goupil en fait partie et parmi leurs objectifs, il y a donc la lutte contre la "mal inscription" : "En 2017, la moitié des 25-29 ans étaient mal inscrits et l'on sait que cela triple le risque d'abstention ", précise la co-présidente de l'ONG.

Être mal inscrit, c'est essentiellement être inscrit sur une liste électorale loin de son domicile actuel. Une situation fréquente chez les jeunes, après avoir quitté le domicile familial, changé de ville pour leurs études ou pour les premières expérience professionnelles.

Tout vérifier en quelques clics

Pour faire passer le message au plus grand nombre, l'ONG "A Voté" a sollicité Meta, le nouveau nom du groupe qui possède Facebook, Instagram et WhatsApp. Et c'est donc via la messagerie instantanée utilisée par 36 millions de Français que le dispositif se met en place. Un "chatbot" propose de répondre aux principales questions sous forme de conversation.

>> LIRE AUSSI"Je m'en fous, je ne vote plus" : le désintérêt des Français pour les régionales

Une manière ludique et rapide de savoir si l'on est bien inscrit, ou pas, et surtout de diriger les utilisateurs vers le site officiel "service-public.fr" pour effectuer les démarches. "Il suffit d'envoyer "Bonjour" à un numéro de téléphone, le 06.22.26.69.50 et en quelques clics, on connaît son statut élector...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles